Depuis plus d’une semaine, la NBA a repris ses droits. Après presque 4 mois de pause depuis les finales 2017 remportées par les Warriors, la saison 2017-2018 a débuté sur les chapeaux de roue. Cet été a été l’occasion de constater bon nombre de mouvements du côté des joueurs. Le Vestiaire du Sport vous avait d’ailleurs proposé un topo des gros dossiers de l’été. Mais les changements sont aussi ailleurs. Et notamment au niveau des maillots. Le marque à la virgule et la NBA se sont associés et le moins que l’on puisse dire c’est que le rendu est franchement stylé. Retour avec le Vestiaire du Sport sur un partenariat lucratif, évident et excitant.

Juin 2015. Nike et la NBA annoncent leur partenariat qui débutera à compter de la saison 2017-2018. Exit Adidas et ses 11 années de bons et loyaux services. La NBA veut donner une autre image d’elle-même : une image plus classe, plus chic.

1 milliard de dollars. C’est la valeur du contrat signé entre Nike et la NBA. Un contrat sur 8 ans. Soit 125 millions par an versés par Nike à la NBA pour avoir le droit d’apposer sa virgule magique sur les maillots des 30 franchises NBA. 245% plus élevé que le contrat avec Adidas. Des gros sous pour la NBA et les franchises. En plus des droits télé, du naming des stades, ça fait beaucoup de billets verts.

Charlotte Hornets. Une seule exception accordée par la NBA. Pour les Charlotte Hornets. En effet, on le sait, c’est His Airness Michael Jordan le président de la franchise. Ainsi, les maillots des Frelons seront floqués de la marque du GOAT : Jordan. Et, on va pas vous mentir, c’est vraiment la classe. Nul doute que cette spécificité va booster les ventes de maillots de la franchise.

Design. Ce qui est certain, c’est qu’on est monté en gamme avec l’arrivée de Nike. Un look vraiment soigné, un maillot plus près du corps, une technologie 3D pour s’adapter aux corps des joueurs. En revanche, un gros regret pour ma part : l’abandon des manches. Premièrement, ça changeait et de temps en temps ça faisait pas de mal. Ensuite, pour les acheteurs potentiels qui n’ont pas les biceps et les épaules de LeBron, ça permettait de pouvoir s’acheter un maillot sans paraitre ridicule. Maintenant, le chemin de la salle de muscul parait incontournable pour pouvoir acheter ces nouveaux bijoux qui sont maintenant connectés. Tu peux acheter le maillot de ton joueur préféré et suivre toutes ses stats en temps réel. C’est beau la technologie.

Sponsoring maillot. Jusqu’à présent, les maillots NBA étaient vierges de sponsor. Assez étonnant dans un pays où la pub est reine. La NBA y était opposée. Mais le verrou a sauté en avril 2016. La NBA avait alors décidé d’autoriser les franchises à arborer un patch carré de 6.35 centimètres de large au niveau de l’épaule gauche du maillot. Une ressource financière supplémentaire pour les franchises. De Goodyear pour les Cavs à General Electrics pour les Celtics en passant par Rakuten pour les Warriors, tous ont adopté cette nouvelle résolution capitaliste. On comprend, il faut payer les joueurs qui ont des contrats de plus en plus dingues. Ils sont maintenant plusieurs à pointer à plus de 40 patates par an, notamment notre Marsu adoré. Et les droits TV ne sont pas suffisants pour toutes les franchises qui, pour certaines d’entres elles, ont perdu de l’argent lors du dernier exercice. Certes, il y a beaucoup d’argent généré, mais aussi énormément d’argent dépensé pour que le système ne s’effondre pas.