Feuilleton de l’été, plus de suspense que dans Plus Belle la Vie, plus de rumeurs que chez les Républicains, des médias en hystérie totale, des protestations anti-capitalistes, des sommes complètement folles : le dossier Neymar agite le monde du football et semble arriver au bout avec une issue devant intervenir cette semaine. 

Allô ? C’est le Vestiaire du Sport qui te parle.

Plusieurs questions entourent ce dossier depuis le début : Neymar veut-il réellement aller jouer pour le PSG ? Le Barça l’empêchera-t-il de bouger ? Le PSG a-t-il la possibilité de contourner les règles du fair-play financier pour payer la clause libératoire du brésilien fixée à 220 millions d’euros ?

Sur la question de la volonté de Neymar, elle passe un peu au second plan. Le sportif est clairement mis de côté dans ce dossier. Simplement, ce qu’on peut dire, c’est que s’il veut un jouer gagner un ballon d’or et être reconnu comme le meilleur joueur du monde, il ne doit plus jouer dans la même équipe de Messi. En effet, le quintuple ballon d’or lui volera toujours la dette. Un peu à l’image d’un Kyrie Irving en NBA qui veut bouger de Cleveland pour s’émanciper du meilleur joueur du monde, LeBron James.

Sur la position du Barça, son président Bartomeu a clairement donné le feu vert pour un départ de son joueur : « Les entraîneurs et le club veulent que Neymar reste, il est venu il y a quatre ans et a fait carrière chez nous, mais dans le football, il y a des clauses et s’il veut partir, il sait que des clubs peuvent payer la clause. Je ne donne pas de noms, mais si un joueur part parce qu’on a payé sa clause, parce qu’il ne veut plus jouer avec nous, son remplaçant sera le meilleur possible ». Et on lui fait confiance pour trouver un remplaçant digne de ce nom. Les deux noms les plus insistants sont Coutinho et Griezmann. Attention à Petit Couteau, parfois sous côté à Liverpool, ce joueur est une véritable pépite avec des pieds en or massif.

Concernant la question du fair-play financier, le club parisien travaille depuis un bon moment sur le meilleur montage financier possible pour contourner les règles : les clubs ne doivent pas dépenser plus d’argent qu’ils n’en gagnent (avec une tolérance de 45 millions d’euros de déficit). Le montage qui est à l’ordre du jour est le suivant : le Qatar (directement) verse une somme de 300 millions d’euros pour qu’il soit ambassadeur de la Coupe du Monde 2022 au Qatar. Avec cette somme, Neymar paiera lui-même sa clause libératoire et signera dans la foulée son contrat avec le PSG. Ainsi, quand le PSG l’engagera, Neymar sera officiellement un joueur libre. Le PSG est complètement en dehors du montage et ne serait ainsi pas rattrapé par l’UEFA. A voir si cela marchera, mais l’idée a le mérite d’être ingénieuse et originale. On voit déjà les commentaires outrés : « quel scandale autant d’argent, pire que les méthodes Tapie de l’époque ». Mais bon, en optimistes que nous sommes (oui, Candide est notre bouquin préféré, on a des posters de Voltaire dans les bureaux), on préfère surtout voir que l’un des 3 meilleurs joueurs du monde va venir en Ligue 1. Les 19 équipes qui recevront le PSG auront leur stade plein à craquer, les gens vibreront. On attendra avec impatience le duel Neymar-Mbappé (s’il se casse pas voir Zizou à Madrid). Enfin bon, du football champagne quoi. On en connaît qui a déjà gueulé et qui risque de ne pas s’arrêter, c’est ce bon vieux Jean-Michel Aulas. Mais bon, c’est pas le plus à plaindre. Il aura toujours Turpin comme dernière corde à son arc. Ca va on déconne.

On a aucune certitude sur la venue de Neymar mais ça sent vraiment très très bon. Dans un premier temps, une visite médicale devait être organisée dans la journée au Qatar mais finalement, elle devrait se tenir à Paris en fin de semaine. L’officialisation par le joueur lui-même ne devrait plus tarder. Vivement la fin de ce feuilleton qu’on puisse parler de la 3ème étape du Masters de Pétanque.