Cette nuit avait lieu la cérémonie des NBA Awards à New York. L’occasion pour la NBA de décerner une flopée de trophées aux joueurs ayant le plus marqué la saison : MVP (meilleur joueur), MIP (meilleure progression), défenseur de l’année, rookie de l’année ou encore performance de l’année. 

Allô ? C’est le Vestiaire du Sport qui te parle.

MVP : Russell Westbrook 

C’était le trophée le plus attendu de la soirée. Westbrook vs Harden. Qui des deux monstres allait remporter le Graal ? C’est finalement le meneur du Thunder qui s’est logiquement imposé avec 888 points collectés (ce sont les journalistes qui votent) contre 753 pour son ami le chef barbu. Cette petite statue vient récompenser une saison absolument hors norme. Un triple double de moyenne, premier joueur à réussir cet exploit depuis le Big O Oscar Robertson. 42 triple-double sur la saison, record absolu. Il a emmené OKC jusqu’à la 6ème place de la conférence Ouest avec 47 victoires malgré le départ fracassant de KD pour Golden State. C’était une évidence qu’il soit récompensé de la sorte. Il a tenu un discours à l’américaine qui te fait chialer devant ta cheminée quand il évoque ses parents et tous les sacrifices qu’ils ont consentis pour faire de lui l’homme et le joueur qu’il est. Venant de lui, qui sort souvent avec sa carapace et ne laisse pas transparaitre grand chose, c’était beau. Bravo Marsu !

A noter que Russ a également remporté le trophée du tir décisif de l’année avec son 3 points de mammouth contre Denver qui a notamment éliminé les Nuggets de la course aux playoffs. Voici la vidéo en cadeau.

MIP : Giannis « Mot Compte Triple » Antetokounmpo

Evidemment que c’est le Greek Freak la meilleure progression. All-Star, leader de son équipe qu’il a réussi à qualifier pour les play-offs, des stats hallucinantes tant elles sont complètes. Il figure dans le Top 25 de la ligue pour toutes les catégories statistiques. Des dunks dans tous les sens, des blocks venus de Pluton, des interceptions, il sait tout faire. Un futur immense joueur de la ligue.

A noter que notre Rudy Gobert adoré a fini deuxième de ce classement.

Défenseur de l’année : Draymond Green 

On attendait plutôt Rudy mais c’est finalement l’ailier fort de la meilleure équipe de la ligue qui remporte le trophée, enfin. 2ème (derrière Kahwi) lors des deux dernières éditions, le titre est enfin pour lui. Fair enough.

Rookie de l’année : Malcolm Brogdon

Ni Dario Saric, ni Joel Embiid. C’est bien Brogdon le rookie of the year. Première fois qu’un deuxième tour de draft remporte le trophée. Bravo bonhomme.

Coach de l’année : Mike D’Antoni

Le coach des Rockets a réussi un travail formidable avec cette équipe qui s’est installée à la 3ème place de la conférence Ouest. Le meilleur reste à venir pour cette franchise.

On va pas vous faire tous les trophées mais on voulait quand même vous proposer la performance de l’année, les 60 points de Klay Thompson en 29 minutes (il a joué seulement trois quarts-temps). On le connait Klay, il peut prendre feu comme ça, sans prévenir personne. Et quand ça lui arrive, ça fait généralement énormément de dégâts. Voici la vidéo de l’incendie pour finir cet article.