Cela faisait un peu moins d’un an (351 jours exactement) qu’on avait quitté la Rod Laver Arena, pleine à craquer, avec des gens heureux d’avoir assisté à une finale digne des plus grands blockbusters entre Rafael Nadal et Roger Federer. Un an après, on peut vous dire qu’on est content de la retrouver. Entre les ramasseurs de balles vêtus de leur casquette prolongée sur la nuque, les entrées sur le terrain copie conforme du Masters de Londres, les matchs interminables au 5ème set et les surprises dès le premier tour, Le Vestiaire du Sport est ravi de vous faire partager ces deux semaines de compétition tous les deux jours (c’est à dire à chaque tour).

Le bilan des têtes de série

Lundi, le numéro 1 mondial, Rafael Nadal, faisait son entrée en lice en night session sur la Rod Laver Arena face à Estrella Burgos. Sur le papier, il n’y avait déjà pas match mais, sur le terrain, ce fut encore plus flagrant. Après 1 heure 37 minutes, le dominicain est reparti avec 3 mikados dans son sac, direction la douche (6-1, 6-1, 6-1). Pas de soucis non plus pour le bulgare, Grigor Dimitrov, tête de série numéro 3 qui s’est défait facilement du qualifié autrichien Novak en 3 sets (6-3, 6-2, 6-1). Tête de série numéro 6, Marin Cilic n’a pas tremblé mais a quand même perdu un set face au polonais Pospisil (6-2, 6-2, 4-6, 7-6).

Mardi, le numéro 2 mondial, Roger Federer, remettait son titre en jeu, lors de son entrée en lice face à Bedene. Une victoire sérieuse en 3 sets (6-3, 6-4, 6-3) et le voilà au deuxième tour où il rencontrera l’allemand Struff. Un autre allemand, tête de série numéro 4, Alexander Zverev a lui aussi fait le boulot en disposant de l’italien Fabbiano (6-1, 7-5, 7-6). Tête de série numéro 5, Dominic Thiem s’est imposé encore et toujours en 3 sets (6-4, 6-4, 6-4) face à l’argentin Pella. Après un premier set accroché et perdu, David Goffin s’est remis à l’endroit pour s’imposer face à l’allemand Bachinger (6-7, 6-3, 6-2, 6-4). Novak Djokovic faisait son retour à la compétition et n’a pas déçu face à l’américain Donald Young (6-1, 6-2, 6-4). Stan Wawrinka, tête de série numéro 9 est lui aussi passé en quatre sets face à Berankis (6-3, 6-4, 2-6, 7-6). Enfin Juan Martin Del Potro, aka la tour de Tandil sera lui aussi au rendez vous du deuxième tour après sa victoire face à l’américain Tiafoe (6-3, 6-4, 6-3).

Le bilan des français

Un bilan mitigé pour les français (6 victoires, 5 défaites) et une énorme déception pour Lucas Pouille qui s’incline face à Bemelmans en quatre sets (6-4, 6-4, 6-7, 7-6). Jo Wilfried Tsonga face à l’américain King (6-4, 6-4, 6-1), Mannarino face à Berrettini (6-4, 6-4, 6-4), et Gasquet contre Kavcic (6-1, 6-4, 7-5) passeront encore quelques jours à Melbourne. Monfils s’est défait de l’espagnol Munar (6-3, 7-6, 6-4), ainsi que Julien Benneteau face à au japonais Daniel (6-7, 7-6, 6-4, 6-1) et Gilles Simon face au roumain Copil (7-5, 6-4, 6-3) seront au rendez vous de deuxième tour. Ca ne passe malheureusement pas pour Benoit Paire face à Garcia Lopez, Pierre Hugues Herbert face à Istomin. Quentin Halys n’est pas passé loin mais a du s’incliner après plus de 4 heures 30 minutes de match face au norvégien Ruud. Enfin Corentin Moutet, invité par l’organisation du tournoi n’a pas démérité mais est encore trop juste face à l’italien Seppi.

Les surprises du premier tour

Le Vestiaire du Sport a comptabilisé 6 petites surprises lors de ce premier tour. Il y en a qui auraient mieux fait de rester chez eux plutôt que prendre l’avion pour Melbourne. Un petit tour et puis s’en va pour les américains Jack Sock, tête de série numéro 8, face au japonais Sugita en 4 sets et John Isner (16) face à l’australien Ebden encore en 4 sets. Kevin Anderson, tête de série numéro 11, face au britannique Edmund, l’espagnol Bautista Agut (20) face à son compatriote Fernando Verdasco, Milos Raonic (22) face à Lacko et Kohlschreiber (27) face à Nishioka sont déjà dans l’avion direction la piscine de leur maison.

Le jeu de service le plus rapide du premier tour

Et ben mon Gaël, t’étais pressé ? Non parce que bon, 45 secondes, 4 points avec quatre missiles, c’est du solide.