Aujourd’hui, on fête l’anniversaire d’un des plus grands, le successeur direct de Michael Jordan, celui qui a le plus marqué les années 2000. En effet, autant les 90’s appartenaient à Jordan, autant les 2000’s sont pour Kobe. L’idée ici, c’est de retracer en chiffres une carrière exceptionnelle et hors du commun. Sacrée entreprise ! 

Allô ? C’est le Vestiaire du Sport qui te parle.

78 : Kobe Bean Bryant nait le 23 août 1978, il y a 39 ans, à Philadelphie. Un gars de la côte Est, et pourtant… Pendant son enfance, il voyage beaucoup pour suivre son père qui était joueur de basket. Italie, France (à Mulhouse, la classe) puis destination finale aux Etats-Unis.

31-3 : C’est le bilan de son équipe lors de sa dernière année de lycée à Philadelphie au Lower Merion High School. Ses statistiques individuelles impressionnent avec plus de 30 points et 12 rebonds par match. Tellement impressionnant qu’il est élu meilleur lycéen de l’année en 1996. T’imagines un peu le délire que ça devait être avec les meufs…

13 : Directement après le lycée, alors qu’il a 17 ans, Kobe Bryant se présente à la draft de la NBA, chose maintenant impossible avec les nouvelles règles. Kobe précoce, oui. Il est sélectionné en 13ème position par les Bobcats de Charlotte (et oui, les noms des franchises, ils changent, c’est la vie, c’est comme ça) qui l’envoient directement aux Lakers en échange du pivot de l’est Vlade Divac. Les Lakers viennent de réussir l’un des plus beaux coups de l’histoire.

18 : Ca y est, on rentre dans le vif du sujet là, les gros scores, les chiffres à se faire vomir, c’est pour maintenant. 18, c’est le nombre de sélections au All-Star Game pour Kobe. Dont la première en 1998 alors qu’il n’a même pas 20 ans, ce qui fait de lui le plus jeune titulaire lors d’un All-Star Game. On voit vraiment pas comment ce record pourrait tomber un jour. Petite coupure en 1999, et ensuite, il y a été chaque année de 2000 jusqu’à 2016, sa dernière année. Tu sens le mec dominant et intouchable.

5 : Comme on le dit à chaque fois, ce chiffre là est certainement le plus important pour les joueurs. Celui qui fait que Michael Jordan a pu déclarer récemment qu’il mettait Kobe au dessus de LeBron. Le nombre de bagues. Dans ce domaine-là, le Black Mamba n’est pas en reste avec 5 titres NBA, glanés en 2 phases.

La première, c’est celle avec le Shaq avec qui il forme l’un des duos les plus forts et dominants de l’histoire. 2000, 2001, 20002, 3 titres consécutifs avec Phil Jackson sur le banc, les Lakers sont injouables. Ce sont eux les Bulls de cette décennie. Même coach, conférence différente. Durant cette période, personne ne peut les arrêter. Mais le coach Pop’ est sous le charme et après une série perdue contre les Lakers, il dit que Kobe est un Hall of Famer de 22 ans et qu’il tuerait pour avoir un joueur de son calibre dans son équipe. Impressionnant. Durant ces 3 finales, Kobe n’est pas élu MVP des finales, c’est le Shaq, au sommet de son art.

La seconde phase c’est à la fin des années 2000, quand les Lakers sont devenus véritablement l’équipe de Kobe et après son changement de numéro. Il passera du 8 au 24 au début de la saison 2006-2007. Il retrouve la voie du succès en 2009 après deux défaites en finales (en 2004 contre les Pistons et en 2008 contre les Celtics de Pierce, Garnett et Allen). En 2009, c’est contre le Magic que Kobe met une 4ème bague à son doigt. Et en 2010, il prend sa revanche contre Boston et complète la manita. Il est élu, lors de ces deux éditions, MVP des finales. La décennie s’achève comme elle a commencé : avec un titre des Lakers.

1 : Bizarrement, malgré ces 5 titres, malgré 18 sélections au All-Star Game, Kobe Bryant n’a été élu qu’une seule fois MVP de saison régulière. C’était en 2008 lors de la saison fabuleuse de Celtics. Pour Kobe, cette anomalie est due au fait que ce sont les journalistes qui votent. Certainement aussi que Kobe a pâti de son côté très individuel. Effectivement, Kobe prenait beaucoup beaucoup de shoots et n’était pas réputé pour faire briller ses coéquipiers, ce qui est une caractéristique importante d’un MVP. Mais bon, on sait très bien qu’il préfère 5 bagues à 5 titres de MVP.

81 : On est le 22 janvier 2006 et Kobe va écrire l’histoire et sa propre légende à coup de missiles téléguidés dans les bassines. Contre les Raptors, ce soir-là, il va inscrire 81 points, soit la deuxième marque de l’histoire derrière les 100 points de Wilt Chamberlain. Un match exceptionnel et hors du temps. 28/46 au shoot dont 7/13 à 3 points. 55 points en deuxième mi-temps. A côté, les 70 points de Devin Booker, c’est un truc de nourrisson.

35,4 : Sa moyenne de points par match lors de la saison 2005-2006. Il pleuvait cette année-là au Staples Center. Il pleuvait des météorites.

11 : Kobe a un record spécial qu’il détient avec le mailman Karl Malone et LeBron James, c’est le nombre de sélections dans la All-NBA First Team. 11 sélections. Il sera battu dès l’année prochaine par le King. Mais c’est révélateur de sa régularité au niveau suprême. Sur ce domaine, il a été plus performant que Jordan.

2 : Parce que Kobe, ce n’était pas qu’un joueur des Lakers. C’était aussi un joueur important du Team USA. En témoignent les deux médailles d’or remportées en 2008 à Pékin et en 2012 à Londres. En 2008, c’était assez spécial. Car après le bronze à Athènes et aux championnats du Monde en 2006, Team USA avait envoyé l’artillerie lourde, une sorte de Dream Team des temps modernes, et Kobe est l’une de ces étoiles.

13/04/2016 : Il joue son dernier match officiel le 13 avril 2016 après une année de tournée d’adieu au cours de laquelle les Lakers ont été d’une nullité sans nom. L’occasion pour lui de claquer 60 points, la meilleure marque de la saison. Un match à l’image de sa carrière.