Gabriel Ivan « Gabi » Heinze est né le 19 avril 1978 à Crespo (Hernan de son prénom) en Argentine. Il a aujourd’hui 39 ans. Bon, ok c’est un peu l’âge à la con pour lequel tu sais pas trop te situer. Mais c’est néanmoins l’occasion pour nous de lui dresser un petit portrait. Parce qu’il le mérite. Il a bien marqué le foot le bonhomme.

Sa mère est italienne, son père est d’origine allemande. Il est né en Argentine. Un bon citoyen du monde. Pour preuve, il a 3 passeports pour ses 3 nationalités : argentine, italienne et allemande. Choix assez cool en terme de sélection nationale. Vaut mieux ça qu’être né au Honduras d’un père chypriote et d’une mère malaisienne. Là, il faudrait plutôt partir vers le badminton ou l’haltérophilie.

Il commence sa carrière pro à 18 ans au Newell’s Old Boys. On est en 1996. Après seulement une saison, il traverse l’Atlantique (à la rame, ou par avion, on ne sait pas, on n’a jamais pu retrouver quelconque trace d’un titre de transport) et pose ses valises à Valladolid. Il y restera jusqu’en 2001 avec entre temps une saison au Portugal, prêté au Sporting Lisbonne.

En 2001, Luis Fernandez est entraineur du PSG. Bien avant l’époque du Football Show de Darren Tulett. Il fait venir Gabi par inadvertance en croyant signer un gros contrat avec la fameuse marque de ketchup. Tant pis, il faudra faire avec. Ronaldinho arrive en même temps. Il ne va pas faire le difficile et renvoyer Gabriel là d’où il vient. Il jouera 3 saisons au Parc des Princes qu’il aura réussi à conquérir. Une période extrêmement importante pour sa carrière. Il a déclaré à ce sujet : « Le PSG, c’est beaucoup d’émotions parce que c’est le club que je porte dans mon cœur. C’est le club qui m’a permis de réaliser des choses importantes comme accéder à la sélection d’Argentine. Et je peux dire, ce sont les trois plus belles années de ma carrière« . En effet, il est devenu international en 2003. Il aura accumulé durant toute sa carrière 78 sélections en équipe nationale (dont 6 avec l’équipe olympique avec laquelle il remporta la médaille d’or à Athènes en 2004). D’abord défenseur central, il basculera progressivement latéral gauche.

En 2004, Manchester United pointe le bout de son nez et propose 10 briques. Gabi s’en va. Là encore, on ne sait pas par quel moyen. Là-bas, Heinze confirme sa réputation de boucher mais aussi d’excellent latéral. Lors de sa 1ère saison, il est même élu meilleur joueur du club par les supporters. 3 ligues des champions, une rupture des ligaments croisés, un titre de champion et une Coupe du monde plus tard, Patrice Evra lui pique sa place. Mais il se console en allant jouer pour le meilleur club du XXème siècle, le Real Madrid.

Il devient l’un des défenseurs les mieux payés de la planète. Il remporte là-bas un titre de champion d’Espagne. Mais tels Abou Diaby ou Yohann Gourcuff, les blessures ne le laissent pas tranquille et l’empêchent de s’imposer pleinement. En 2009, il souhaite revenir dans son club de coeur, le PSG. Malheureusement, cela ne se fait pas. Et ce sont les ennemis marseillais qui montrent leur intérêt pour l’argentin. Traitre on pourrait dire. Mais il ne faut pas oublier qu’il avait d’abord manifesté son intention de revenir au PSG. Finalement, Heinze signe à l’OM et devient le joueur le mieux payé de Ligue 1. Comme si cela ne suffisait pas, le 20 novembre suivant, il marque le but de la victoire pour l’OM lors du clasico face au PSG… Il remporte avec Marseille son 3ème championnat dans un 3ème pays différent. On appelé ça une Zlatan dans le milieu.

Comme si son tour d’Europe n’était pas assez complet, il finit sa carrière sur le vieux continent à la Roma. La boucle européenne est bouclée. Il aura joué dans 5 championnats européens. Il n’aura manqué que l’Allemagne. Pas vraiment l’homme d’un club. On entend au loin Totti se moquer.

Il termine sa carrière de joueur de foot là où tout avait commencé, chez les Old Boys, chez lui en Argentine. En 2014, à 36 ans, il annonce sa retraite sportive après 518 matchs en club et 78 en sélection. Une belle et longue carrière pour l’un de nos bouchers préférés. L’amoureux du genou broyé.

Mais ce n’est pas pour autant qu’il tourne le dos au football. Il devient entraineur en 2015. Actuellement, il entraine l’équipe argentine des Argentinos Juniors, ancien club du grand Maradona. En espérant que sa carrière sur le banc soit aussi riche et remplie de succès que celle qu’il a eue sur la pelouse !

Longue vie à toi, Gabi !