Parce qu’il n’y a pas que l’Open d’Australie en cette fin de mois de Janvier, le Vestiaire du Sport repart sur ses classiques. C’est à dire, vous faire découvrir des joueurs méconnus ou que vous connaissez déjà par des chiffres dont personne ne connait la signification avant de lire nos articles. Aujourd’hui, on s’attaque à un mythe, une légende dont le sang ne coule qu’aux couleurs du bleu et du grenat. On parle évidemment de Xavi Hernandez, ce diable de meneur de jeu qui à défaut d’envoyer des avions téléguidés en lucarne, distillait des passes lasers pour ces partenaires.

25 Janvier 1980

Le petit Xavi Hernandez, de son vrai prénom Xavier, est né durant une douce journée d’hiver, comme Tatiana Golovin, Iris Mittenaere et Clara Morgan après lui. On dit ça, on dit rien mais le mec était déjà préposé à s’envoyer des avions de chasse tout au long de sa vie. Il n’y a qu’à voir la tête de sa femme pour comprendre qu’elle a trouvé en lui le charisme d’un Roger Federer lorsqu’il distille des coups droits avec sa raquette. Bref, on s’égare. Ses parents s’inquiètent de voir que le petit Xavier ne grandit pas comme tous les autres. De taille plutôt petite, il intègre rapidement le centre de formation de la Masia de Barcelone à 11 ans. Il enchaine les équipes de jeunes pour enfin toucher du doigt son rêve : jouer pour son équipe de coeur.

20

Le 24 Mars 1998, soit quelques mois avant la victoire de l’Equipe de France en Coupe du Monde, Xavi et Carles Puyol sont lancés dans le grand bain espagnol lors d’un match de coupe. Quelques mois plus tard, le 18 Août 1998, il dispute son premier match officiel avec le FC Barcelone lors de la Super Coupe d’Espagne face à Majorque. Lors de ce match, il inscrit son premier but. On peut faire plus précoce s’il vous plait ? Parce que, quand t’en as, comme Nicolas de Preville, qui attendent une dizaine de matchs pour enfin se dépuceler dans leur club, d’autres font le boulot dès leur premier match. À Barcelone, Xavi va rester fidèle à son club toute sa vie. Il va disputer pas moins de 17 saisons avec son club de coeur. En 2015, il quitte le navire pour rejoindre le Qatar et le club d’Al Sadd où il évolue depuis trois saisons. Le Vestiaire du Sport a sorti sa calculette, a compté pour vous (17+3) et peut vous dire qu’en terme de longévité, on a rarement vu plus fort que lui. 20 ans à taper dans un ballon quand d’autres font une bonne saison et partent s’enterrer en Angleterre où ils cirent le banc tout en pelant des oranges, c’est fort.

826 – 97 – 195

Durant ses 20 saisons au plus haut niveau (bon ok là, on dit n’importe quoi, puisqu’on n’a jamais vu un match du championnat qatarien, mais on suppose que ça touche un peu le ballon, sinon pourquoi il serait le prochain hôte de la Coupe du Monde en 2022), Xavi Hernandez aura disputé pas moins de 826 matchs pour 97 buts. En tant que milieu relayeur, vous pouvez vous demander pourquoi on parle de ses buts et c’est tout simplement parce que d’autres, comme Jérémy Toulalan par exemple, au même poste, n’ont jamais atteint la barre des 10 buts. Sa saison la plus prolifique se situe en 2011-2012 où il plante 14 buts toutes compétitions confondues. Mais le plus important pour lui, c’était de distiller des caviars à ses partenaires, et de ce côté là, on était pas sur des vieux oeufs de lump achetés 2€ au Carrefour City, non non, on vous parle bien du bon caviar à 10€ les 10 grammes. 195 passes au total en club : si on divise par son nombre de match, ça nous fait environ une passe décisive tous les quatre matchs. Le mec était à l’origine d’un but toutes les quatre apparitions, fabuleux.

26

Forcément, quand t’as la longévité de la série Friends, à un moment donné, t’es bien obligé de soulever des trophées. Et Xavi en a levé plus d’un, plus de dix, plus de vingt (ça devient lourd), et même 26 au total. Huit fois vainqueur du championnat d’Espagne, trois vainqueur de la Coupe d’Espagne, six fois vainqueur de la Super Coupe d’Espagne, deux fois vainqueur de la Coupe du Monde des Clubs, autant qu’en Super Coupe d’Europe, mais le meilleur reste son nombre de victoires en Ligue des Champions qui remplissent quasiment les cinq doigts de la main (4).

133 – 13 – 3

Parque cet homme est un extraterrestre, il a aussi une carrière longue comme un double décimètre en équipe nationale. Avec l’Espagne, Xavi a porté 133 fois le maillot de son pays, pour 13 buts et 25 passes décisives. Le mec était bon partout. Tu lui mettais n’importe quelle équipe, il savait te la sublimer par ses passes qui faisaient chavirer tout le navire adverse. Et comme en club, Xavi en a soulevé des trophées. Un peu moins c’est sur, mais c’est normal, on joue pas en équipe nationale comme en club. Le palmarès est quand même ahurissant puisque c’est une Coupe du Monde en 2010 où se sont intercalés deux championnats d’Europe en 2008 et 2012. Pendant quatre ans, l’Espagne était intouchable et c’est sans aucun doute grâce à Xavi Hernandez.

2 – 3

D’un point de vue plus personnel, Xavi Hernandez a fini deux fois consécutivement meilleur passeur du championnat espagnol de 2008 à 2010 avec respectivement 20 et 14 passes. En plus de ça, il a terminé trois fois consécutivement sur le podium du fameux Ballon d’Or (2009, 2010, 2011) sans jamais le gagner.

Pour conclure, on voulait rendre hommage à ce joueur qui a bercé notre adolescence tant par sa manière de jouer que par son fair play inimitable. On ne reverra très certainement plus un joueur comme ça, aussi dévoué pour son équipe que Xavi et le Vestiaire du Sport sait rendre hommage aux personnalités du sport qui le méritent.