On sait pas, c’est pas la folie. Rangées les paillettes des Grands Chelems et Masters 1000. Place aux bons vieux ATP 500 et 250 sur terre battue qui précèdent la tournée nord-américaine sur dur. Pour tous les joueurs qui ont souffert le martyr pendant 1 mois sur les pelouses européennes, c’était le moment de se refaire la cerise, et même parfois sur la gâteau. 

Allô ? C’est le Vestiaire du Sport qui te parle.

Hambourg – ATP 500

Ce qu’il faut retenir du tournoi allemand, c’est que Mayer a été meilleur que Mayer. Voilà, terminus, tout le monde descend. Les têtes de série 1 et 2 qui font un first, et une finale Mayer – Mayer. Ce tournoi n’a pas manqué de charme et de piquant. Benoît Paire et Gillou (Simon) ont passé le premier tour mais ont dû s’incliner tous les deux au deuxième. Le premier contre Kicker, le second plus logiquement contre Kohlschreiber. Ferrer a une nouvelle fois prouvé que sa carrière est derrière lui en prenant 2 petits sets sur Delbonis, Federico de son prénom. Et en finale, Leonardo Mayer, argentin et lucky loser (l’idée, c’est qu’il a perdu au dernier tour des qualifications mais a été repêché car un des joueurs du tableau principal a dû déclarer forfait) a battu Florian Mayer, l’allemand en 3 sets. Aucun lien de parenté entre les deux mais un point commun : tout le monde s’en foutait, à part les familles.

Gstaad – ATP 250 

La seule raison pour laquelle on mentionne ce tournoi, c’est parce que ça nous fait penser à un moment magique du deuxième opus d’OSS 117 : « Tu as tué mon frère à Kchta, tu vas mori ». Et puis aussi parce que Fabio Fognini, le meilleur joueur de la galaxie, a laissé ses démons au vestiaire pour aller s’imposer contre l’étonnant qualifié Yannick Hanfmann. Une victoire sérieuse 6/4 7/5 en finale pour aller chercher un 5ème titre sur le circuit. Et en prime, deux belles victoires contre Gulbis et Bautista Agut pour la tête de série numéro 4. De bon augure avant la tournée nord-américaine.