Ca faisait un bon petit moment que j’avais pas écrit un article pour le Vestiaire du Sport. Après quelques mois de vacances bien mérités (la saison des girondins de bordeaux a été longue, très longue, trop longue) à Bali pendant un mois et demi, je suis de retour. On redémarre une nouvelle saison tous ensemble avec Marc Emmanuel. Et quoi de mieux pour démarrer que de dresser un portrait un peu décalé d’une légende du football mondial ? Francesco Totti fête aujourd’hui ses 42 ans. Et même si il a mis fin à sa carrière, on sait tous qu’il serait encore capable de mettre la misère à bien des défenseurs de Ligue 1. Installez-vous confortablement, sortez une petite 86 de clochard et on y va.

Aperitivo : Francesco Totti est donc sorti du ventre de sa mère le 27 septembre 1976. Une journée somme toute classique pour sa maman qui ne s’attendait pas à voir sortir ce petit bonhomme aussi vite. Je vous donne en mille sa ville de naissance. Vous n’allez pas en croire vos yeux mais évidemment Francesco est né à Rome, la ville éternelle comme on aime la surnommer. Et d’éternelle, il n’y a pas que la ville puisque l’homme qu’on vous présente aujourd’hui l’est tout autant. Il touche son premier ballon assez tôt dans le quartier où les groupes de supporters de l’AS Rome se réunissent et préparent les magnifiques tifos du club romain. Alors quand à 13 ans, la Lazio et la Roma, les deux clubs rivaux de Rome se rapprochent de ses parents non pas pour lui demander sa main à cette époque mais pour qu’il rejoigne le centre de formation, ceux ci n’hésitent pas. Francesco rime avec Lazio mais ira à la Roma. À cette époque là, ses parents ne savent pas que Mickaël Ciani signera quelques années plus tard à la Lazio, certainement auraient-ils changé d’avis en le sachant.

Antipasti : Francesco arrive donc à la Roma à 13 ans mais ne passe pas énormément de temps dans les seconds tableaux. Rapidement, il montre l’étendue de son talent et ses entraineurs comprennent qu’ils sont devant un phénomène. À seize ans et demi, le petit lutin puceau découvre l’antre de la Série A. Nous sommes en 1993, le 28 Mars très exactement, et Francesco chausse pour la première fois ses crampons en Série A. À ce moment là, je dois vous avouer que je n’étais même pas né, donc en terme de souvenirs, ils sont proche du néant. Mais déjà, dans le ventre de ma mère, je sentais les passes lasers de Totti traverser mon cordon ombilical. Quant à son âge, je vous avoue une deuxième fois, qu’à 16 ans, je pensais plus à aller siroter des biberons de whisky en boite de nuit que jouer au football. Mon bide à bière me remercie beaucoup moins désormais.

Primo piatto : Niveaux statistiques, on va pas se le cacher, ça va être hyper rapide. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce mec est aussi fidèle en amour que sur le terrain. Pendant vingt trois années, Francesco Totti va rester fidèle à sa Roma. Alors oui, on va me dire que plusieurs fois, il a failli tromper sa femme et je ne parle pas de celle avec qui il dort tous les soirs, mais jamais, oh grand jamais, Francesco n’aura pris son stylo pour signer un contrat ailleurs. En vingt trois saisons, Francesco va disputer 786 matchs avec la Roma. Vous vous rendez compte de ce chiffre hallucinant. Le mec a joué plus de matchs qu’Ulrich Ramé, autant dire qu’il y est allé sur le terrain parce que pour dépasser la forteresse imprenable de Gironde, il faut y aller. Je parle de gardien parce que je vais pas tarder à en venir à ses buts. C’est maintenant d’ailleurs. 786 matchs donc pour 307 pions, vous vous rendez compte ou pas ? Le mec, c’est un pion tous les 2 matchs et demi pendant vingt trois ans. Autant dire que ce mec était aussi indispensable que la crème solaire pendant la canicule. Et pour couronner le tout, je vais quand même vous donner sa statistique des passes décisives, c’est 109, c’est pas mal pour un milieu offensif, mais quand on met ses statistiques mises bout à bout, on se rend compte que c’est phénoménal. On aimerait bien voir la couleur de ton sang, parce que si pour tout le monde il est rouge, toi il est romain Francesco.

Secondo piatto :
T’es encore là ? Ca t’a pas suffit les pâtes bolognaise en premier plat ? Tant mieux parce qu’après sa carrière en club, on va désormais te parler de sa carrière en équipe nationale. Et on t’avoue que tu vas être un peu déçu parce que tu pourrais te dire qu’en 23 ans, le mec a explosé le nombre de matchs en équipe nationale ? Et bien non, tu te trompes Jacky. Francesco aime son pays mais préfère encore plus sa capitale. En vingt trois ans, Francesco Totti ne disputera que 58 matchs en équipe nationale. Faiblard pour une légende pareille. On aimerait vous parler de ses buts mais malheureusement ceux ci se comptent sur les doigts des deux mains. Il n’a même pas atteint la dizaine et s’est arrêté une unité avant. Autant dire que pour la carrière de Totti en équipe nationale, on repassera.

Dolce : La cerise sur le gâteau, le caramel sur le riz au lait, la framboise sur la tarte, c’est quand même, et ça nous fait bien mal de le dire, cette victoire en Coupe du Monde 2006. Parce que oui, Francesco était la quand Fabio Grosso a crucifié 66 millions de français et Fabien Barthez en plein milieu du mois de Juillet 2006. Cette victoire, c’est un peu la sienne parce qu’en 2000, quand David avait envoyé une frappe lumineuse sous la barre de Toldo, Totti était déjà là durant cet Euro. En fait, 2006 c’est sa revanche à lui pour 2000. On s’en serait bien passé, mais sache petit Francesco que ton équipe nationale vaut plus rien depuis que tu es parti. Et maintenant on a deux étoiles, donc concernant la finale de la Coupe du Monde 2006, c’est pardonné. Tu peux vivre paisiblement ta vie de retraité à 42 ans.

Digestivo : Et parce qu’on ne pouvait vous laisser sans cette dernière statistique et qu’on sait que vous n’avez pas totalement fait attention quand vous regardiez vos jaquettes de jeux vidéos. Sachez que de 1994 à 2017, Francesco Totti a fait partie de la jaquette de tous les FIFA. Avouez, vous vous en rappeliez plus. Parce que pour vous Fifa 17, c’est déjà loin, et à la veille de la sortie de FIFA 19, vous n’en avez plus rien à foutre de ce jeu où les frappes enroulées rentraient neuf fois sur dix.

P.C