Kevin Durant, le « traître » devenu roi