EDF Mondial 2018 : entre rigueur et insouciance