Aujourd’hui, Steven Gerrard a 37 ans. Pour l’occasion, nous avons décidé de revenir en chiffres sur sa carrière exceptionnelle qui a pris fin le 22 octobre dernier après un séjour en MLS aux Etats-Unis. Joyeux anniversaire Stevie, tu as bien mérité un peu de repos. 

Allô ? C’est le Vestiaire du Sport qui te parle.

1980 : A Marseille, on dansait le mia. En Angleterre, à Whiston, dans la banlieue de Liverpool, Steven Gerrard naissait. Comme souvent, son lieu de naissance aura un impact important pour sa carrière.

05/11/1997 : C’est peut-être la date à laquelle les parents de Kylian Mbappé ont décidé de se mettre au boulot pour donner naissance à la future star du football français. Mais c’est surtout la date à laquelle Gerrard a signé son premier contrat pro avec Liverpool. En effet, il avait été repéré très tôt par les Reds et avait effectué l’intégralité de son parcours junior dans ce club. C’était donc la suite logique de lui faire signer un contrat pro à 17 ans. Un an plus tard, il jouera son premier match avec les Reds alors entrainés par Gérard Houllier. Il deviendra titulaire lors de la saison 1999-2000.

2005 : L’année 2005 est très certainement la plus belle pour Steven Gerrard, mais également pour Liverpool. Il marque contre l’Olympiakos lors du dernier match des phases de groupes. Un but qui permet à son équipe de se qualifier pour les huitièmes de finale derrière l’AS Monaco. Ensuite, une qualification tranquille face au Bayer Leverkusen avec 2 victoires sur le même score de 3 buts à 1. En quarts de finale, c’est la Juventus qui est éliminée par les Reds. Pour une place en finale, Liverpool, emmené alors par Rafael Benitez, affronte le Chelsea de Jose Mourinho. Et là, attention. Attention les polémiques. Match aller 0-0, RAS. Mais on se souvient de ce match retour à Anfield. Dès la 3ème minute, l’inévitable Luis Garcia marque un but validé par l’arbitre sans que l’on sache si le ballon a réellement franchi la ligne. Le principal intéressé ne le sait même pas lui-même aujourd’hui. Mourinho devient complètement fou, il pète un fusible à cause de ce but surnommé but fantôme. Toujours est-il que Liverpool tient son succès et ira à Istanbul jouer la finale face au Milan AC. Et là, encore plus attention, parce que ça va être bargeot. Une finale de mammouth. Le Milan mène 3-0 à la mi-temps, pas de match, les Reds sont des nourrissons. Mais les Reds vont se réveiller pour en planter également 3 en deuxième mi-temps avec notamment le premier des 3 buts inscrits par le capitaine Gerrard (capitanat qu’il a « gagné » en 2003) qui a sonné la révolte. Les deux équipes se retrouvent pour une séance de tirs aux buts remportée par Liverpool 3-2. Les Reds soulèvent la Coupe aux grandes oreilles pour la 5ème fois de leur histoire. Gerrard est élu homme du match. Plus beau moment de sa carrière.

0 : Comme le nombre de Premier League remportées par Steven Gerrard. Une malédiction. 1 ligue des champions, 5 coupes nationales, une Europa League, une Supercoupe d’Europe, mais aucun championnat en 17 saisons. Son plus grand regret. Les armoires de Liverpool sont remplies avec 18 championnats dans leur histoire mais aucun sous l’ère Gerrard. Ils sont passés tellement près lors de la saison 2013-2014 en pratiquant un football de dingue avec notamment Luis Suarez en goleador. Mais une glissade malheureuse de notre héros du jour face à Chelsea a eu raison des derniers espoirs de Liverpool. Quel dommage ! Ce joueur méritait de gagner au moins un championnat avec le club de sa vie.

710 : Soit le nombre de matchs disputés par Gerrard avec Liverpool. Pour 186 buts. Pour un mec qui n’est pas attaquant, c’est quand même costaud. Ce n’est pas le joueur le plus capé de Liverpool (c’est Ian Callaghan avec 857 matchs) mais il restera comme l’un des joueurs les plus marquants du club.

2015 : Après 17 ans de bons et loyaux services, Steven Gerrard a décidé de finir sa carrière sous le soleil de Los Angeles. En même temps, on peut le comprendre, quand ça fait plus de 30 ans que tu vis sous la pluie à voir le soleil 2h en août, tu commences à devenir dépressif. A Los Angeles, il a pu travailler son teint comme un mannequin et a, par la même occasion, jouer une petite quarantaine de matchs, histoire de faire rêver la West Coast avec sa classe.

114 : Comme son nombre de sélections avec l’équipe d’Angleterre. Il est le 3ème joueur le plus capé après Peter Shilton et David Beckham.

Pour compléter ce beau portrait, il faut souligner que le journal britannique The Guardian a nommé Gerrard dans son onze idéal de tous les temps en 2010. Certainement un peu exagéré mais révélateur de l’impact du bonhomme dans le monde du football. C’est même notre ZZ qui avait déclaré que Gerrard était, selon lui, l’un des meilleurs footballeurs du monde. RESPECT et CHAPEAU !