Je vous vois encore venir avec votre moue des mauvais jours. Oui je suis encore à la bourre. Ces foutus podcasts Ballon d’or me prennent un temps fou. En plus, j’avais repas de famille dimanche. Donc compliqué de tout faire. Mais je suis là, en ce mardi 20 novembre, pour vous servir un débriefing exceptionnel. Il ne sera pas exceptionnel grâce à moi, je n’ai pas cette prétention. Mais grâce à certains types qui ont fait des trucs hors du commun cette semaine. Pour certains, c’est devenu du banal. Pour d’autres, c’est une grande claque dans la gueule. Allez, viens avec le Vestiaire du Sport, on est bien. 

Le match de la semaine : Hornets vs Sixers

Oui, comme ça, sur le papier, tu te dis pas que ça va être le match du siècle. Et beh, détrompe toi mon petit pote. Ce Charlotte Philly a été grandiose. Un des matchs de la saison, à n’en pas douter. Avec un match-up tout simplement fabuleux entre Kemba Walker et Jimmy Butler. C’est simple. Le premier a pété son record de points en carrière et celui de la franchise. Quand tu joues pour le GOAT, ça a tout de suite plus de saveur. 60 points pour petit Kemba. En face, t’as Jimmy qui a exactement illustré ce que je disais la semaine dernière lorsque je commentais son trade. Il est peut-être le All-Star le plus complet des deux côtés du parquet. Les deux dernières actions du match l’ont prouvé. Je vous mets les images. A NE SURTOUT PAS ZAPPER !

Le joueur de la semaine : LeBron James 

J’aurais clairement pu mettre Kemba Walker. Car après ses 60 points, il en a mis 43 la nuit dernière pour permettre à ses Frelons de battre Boston. Il explose le Kemba.

Mais LeBron a encore écrit l’histoire en lettres d’or cette semaine. Et pas une, mais deux fois.

  • 5ème meilleur marqueur de l’histoire du jeu

La semaine dernière, face aux Blazers, LeBron est devenu le 5ème meilleur marqueur de l’histoire de la NBA en saison régulière. Quelques jours après avoir délogé le grand Dirk, le King a mis un petit coup d’épaule à une autre légende du jeu : Wilt Chamberlain. Avant même ses 34 ans… C’est juste ridicule. Pour vous donner une idée, il est aujourd’hui, à la seconde où je vous parle, à 31.498 points. La question est : jusqu’où va-t-il aller ? Un petit point sur le classement est nécessaire :

1- Karreem Abdul-Jabbar : 38.387

2- Karl Malone : 36.928

3- Kobe Bryant : 33.643

4- Michael Jordan : 32.292

Bon, déjà, il ne faut pas avoir fait Maths Sup pour se rendre compte que LeBron dépassera Jordan avant la fin de la saison régulière. Il dépassera Kobe la saison prochaine, c’est une évidence. La vraie question est surtout : finira-t-il 3ème, 2ème ou 1er ? On va faire un petit calcul pas compliqué pour que je ne perde personne. Il reste 3 saisons et 65 matchs de contrat à LeBron aux Lakers. Ce qui nous fait au bas mot 270 matchs (j’anticipe des petits bobos et des périodes de repos peut-être un peu plus importantes).

On peut supposer que sa moyenne de point par match diminuera mais n’ira jamais en dessous des 25 points par match. Donc au pire du pire des cas (s’il arrête sa carrière après ses 4 saisons aux Lakers et que sa moyenne sur ses 4 saisons est de 25 points), il empilera encore 6.750 points. Ce qui nous donne environ 38.250 points. Et je le répète, c’est une projection très très prudente. Donc, je vous le dis, LeBron finira meilleur marqueur de l’histoire. Je prends le pari.

  • Un match à plus de 50 points dans 3 équipes différentes

Ce week-end, LeBron est allé revoir une de ses ex à l’American Airlines Arena de Miami. Le temps de claquer un match à 51 points et de s’en aller. Grâce à cette performance, le King est devenu le 3ème joueur de l’histoire (après KAJ et Kobe) à claquer plus de 45 points dans sa 16ème saison NBA ou plus. Ce qui est complètement bargeot avec LeBron, c’est qu’il combine des records de jeunesse et de longévité avec une facilité déconcertante. 16ème saison NBA, vous rendez-vous compte ? Pour vous donner une idée, D.Wade joue sa 16ème saison NBA. On est pas sur le même état de fraicheur. Ok, le King a commencé plus jeune, dès sa sortie du lycée. Mais qu’importe. Je pense très honnêtement que vous ne reverrez plus jamais un athlète comme lui.

Et petite anecdote sur ce match à 51 points. A moins de 20 secondes de la fin, quand le match était déjà plié, Lance Stephenson met au défi LeBron de rentrer un gros 3 points alors qu’il ne comptabilisait que 48 pions. LeBron prend le shoot et marque et va chambrer son ancien ennemi. Magnifique pour certains. Mais je connais un Kiri qui aurait encore envoyé la balle en tribune.

Le point classement de la semaine

  • Conférence Ouest

Gros chantier à l’Ouest. Et ça me permet de faire mon point embrouille de la semaine. Chez les Warriors, rien ne va plus. Curry est blessé depuis un moment. Et comme si ça ne suffisait pas, on a appris qu’une vive altercation a eu lieu suite à la défaite contre les Clippers entre Draymond Green et Kevin Durant. KD aurait reproché à Green sa gestion de la dernière possession. Green lui a rétorqué très violemment en le traitant plusieurs fois de « salope » et en insinuant très fortement qu’il devait la fermer car à Golden State, ils gagnaient bien avant qu’il arrive. Ce qui a obligé le management des Warriors à coller un match de suspension à Green.

Sur le terrain, le malaise se ressent. 3 défaites d’affilée, seulement 5 victoires sur les 10 derniers matchs. Et au-delà du clash entre les deux All-Stars, ces stats mettent en lumière une fois de plus la Curry-dépendance de cette franchise. Des chiffres très simples le montrent : les Warriors avec Curry, c’est 254 victoires pour 47 défaites. Les Warriors sans Curry, c’est 22 victoires pour 22 défaites. Un peu à l’image d’un LeBron James ou d’un Cristiano Ronaldo, Curry est INDISPENSABLE.

Par conséquent, les Warriors ont cédé leur trône à d’excellents Blazers. Cela dit, aucun écart n’est fait. Il y a seulement 2 victoires d’écart entre Portland et les Lakers, 8èmes. Densité quand tu nous tiens.

En queue de peloton, une seule franchise ne sort pas la tête de l’eau et sera condamnée à tanker : les Suns. Malgré une jeunesse prometteuse, cette team manque de densité.

  • Conférence Est

Nous avons toujours le duo Raptors-Bucks qui mène la danse. Pacers et Sixers sont en embuscade. Pour les Celtics, c’est un peu plus compliqué. Kyrie sort de sa boîte, mais ce n’est pas le cas de tout le collectif. Brad Stevens a poussé un petit coup de gueule. Il va falloir se bouger le cul pour aller chercher le trône laissé libre. Parce que devant, ça se bouscule.

Derrière, Hawks et Cavs se trainent comme de vieux boulets rouillés. Rien de bien réjouissant.

La mauvaise nouvelle de la semaine : Caris LeVert

La révélation des Nets a frôlé l’horreur contre les Wolves il y a une semaine. Une mauvaise chute, le pied en travers. On a tout de suite pensé à Gordon Hayward. Les images glacent le sang. Le silence de cathédrale dans la salle de Minneapolis fait froid dans le dos. Mais, dans son malheur, Caris a eu de la  « chance ». Il ne s’agit « que » d’une luxation du pied droit. Il devrait pouvoir reprendre cette saison. Mais c’est quand même un sacré coup dur pour celui qui était bien parti pour être dans la discussion pour le titre de MIP (meilleure progression).

La revanche de la semaine : Dwane Casey 

Dwane Casey, Coach de l’année lors de la dernière saison régulière, s’est fait salement virer par les Raptors, on s’en souvient. Direction Detroit pour un sacré challenge. Et ses nouveaux joueurs lui ont fait un sacré cadeau en allant chercher la victoire au Canada au buzzer. Dwane rentre sur le parquet et célèbre à la manière d’un Jose Mourinho. Jouissif.

Ce qu’il ne faut pas manquer la semaine prochaine

A NE SURTOUT PAS MANQUER !! Le retour de LeBron à Cleveland dans la nuit de mercredi à jeudi à 2h du matin sur Bein. A voir comment la Q va accueillir le King. On se souvient qu’il y a 8 ans, c’était pas jojo. Mais il n’y avait pas encore eu de titre. Affaire à suivre…