Parce que le sport, c’est pas que le foot, le tennis et la NBA. Cet article, il est pour tous ceux qui regardaient le snooker pendant des heures devant Eurosport. Juste pour rappel, le snooker est une variante du billard avec des boules rouges qui valent chacune 1 point qui doivent être rentrées alternativement avec des boules de couleurs, valant de 2 à 7 points, la boule noire étant la boule valant le plus de points. Et ce sport accueille depuis de nombreuses années un génie, un immense champion, sûrement le meilleur de l’histoire en la personne de Ronnie O’Sullivan. Le Vestiaire du Sport vous fait voyager dans ce sport méconnu et dans la carrière exceptionnelle de ce bon vieux Ronnie.

1975 : Ronald Antonio « Ronnie » O’Sullivan est né le 5 décembre 1975 à Wordsley en Angleterre. Il passe sa jeunesse au nord de Londres. En fait l’idée c’est qu’il pleut H24, le mec ne peut faire aucun sport d’extérieur. Et par chance, il y avait un billard qui trainait chez lui. Et comme, la Game Boy Color ne sortait que quelques années plus tard, il jouait au snooker toute la journée, devant très vite très très bon.

1992 : C’est en 1992, à seulement 16 ans, que Ronnie débute sa carrière professionnelle. Précoce le bonhomme. Quand toi tu luttais avec des tubes à essai en laboratoire, lui il enfilait les boules comme des perles, toujours vêtu d’une veste de garçon de café.

5 : On va pas tourner 36 ans autour du pot. Mister O’Sullivan, tout au long de sa carrière toujours inachevée, aura remporté 5 titres de champion du monde. 2001, 2004, 2008, 2012, 2013. Rien que ça. Le Championnat du Monde est un tournoi annuel qui est le plus prestigieux de l’année. C’est one-shot. Tous les joueurs sont conviés et c’est à celui qui sera le meilleur l’espace d’une semaine. Pas le droit à l’erreur. Mais 5, c’est également le nombre de UK Championships qu’il a remportés, considéré comme l’un des trois tournois les plus prestigieux. Peu importe le grand rendez-vous, Ronnie est toujours là, en grand champion qu’il est.

7 : Parce que Le Vestiaire du Sport est perfectionniste, on ne peut pas conclure le palmarès de M. O’Sullivan sans mentionner ses 7 titres au Masters, tournoi annuel regroupant les meilleurs joueurs du monde, à l’image du Masters de Londres au tennis. 7 titres dont 2016 et 2017. 25 ans qu’il est pro le bonhomme, mais toujours aussi compétitif et motivé. Mais bon tu vas me dire, pas besoin d’être le mec le plus affûté de la planète pour faire du billard. Même ton grand père pourrait y jouer pendant des heures.

147 : 147, c’est le nombre de points du break le plus élevé au snooker. En fait, c’est quand tu t’envoies toutes les boules de la table en one-shot, sans que l’adversaire ne rentre une boule de la manche. En fait, c’est quand tu écrases ton sexe sur le front de ton adversaire. Littéralement. Et dans ce domaine, c’est encore une fois Ronnie le patron. Des breaks de 147, il en a calé 13 dans sa carrière. Record mondial. 13 posages de sexe sur la table, une bière pour Mister O. Parmi ces 13 breaks maximum, il a les 5 les plus rapides de l’histoire. Parce que ce qui est stylé avec Ronnie, c’est qu’il va vite quand il joue. Il met pas 5 minutes entre chaque boule, comme la plupart des joueurs. Ce qui te laisse le temps de faire 56 siestes en une seule partie. Non, Ronnie, il a un rythme à faire pâlir les plus grands marathoniens. On vous pose ici le 147 le plus rapide de l’histoire. On vous promet, c’est pas du tout relou. C’est même carrément flippant tellement c’est impressionnant.

2 : 2 comme les deux mains de l’homme. Voilà, salut. Non, en vrai, le mec est ambidextre. Il est aussi performant de la main droite que de la main gauche. Petite anecdote comme ça, juste pour le goût.

9.000.000 : c’est en livres (Sterling hein frérot, on est pas là pour parler littérature) toute la thune amassée par O’Sullivan dans sa carrière. Bon ok, Neymar il gagne le quadruple en un an mais bon c’est pas mal pour un mec qui fait du billard. C’est d’ailleurs un record dans la discipline.

1998 : Parce que tout n’est pas rose dans la carrière de ce champion. Ce n’est pas le mec le plus lisse de la planète. Et tant mieux. A tel point qu’en 1998, après avoir remporté un tournoi en Irlande, il est déchu de son titre suite à un contrôle positif à la marijuana. Roh ça va, un peu d’herbe avant d’aller faire un billard, c’est pas méchant. T’ajoutes ça quelques belles insultes envers d’autres joueurs ou officiels, et ça nous fait une belle carrière avec une belle forme. En tout cas, longue vie à toi Ronnie. Profite bien de ta soirée et vive le snooker.