On y est mesdames et messieurs ! On touche enfin au but dans ce tournoi de l’Open d’Australie. Le décalage horaire nous a fait très mal mais heureusement les organisateurs ont été plutôt sympathiques avec nous pour nous permettre d’assister aux meilleures affiches le matin en se levant. Des matchs monstrueux, des surprises, des points de mammouths et un vainqueur qu’on n’imaginait pas autre que Roger Federer. Le Vestiaire du Sport a bien dormi, a bu raisonnablement hier soir et s’est levé aux aurores pour vous débriefer ce dernier match à Melbourne. 

Pour les amateurs de tennis, il fallait se lever tôt ce matin pour pouvoir assister à la finale de l’Open d’Australie qui mettait aux prises Roger Federer, tête de série numéro 2 et vainqueur l’an passé à Marin Cilic, tête de série numéro 6 et futur numéro 3 mondial au prochain classement ATP de lundi.

Première manche : Federer a survolé son sujet 

Le premier set n’a été qu’une formalité pour le Suisse qui s’est très vite mis en jambes pour prendre dès le premier jeu le service de son adversaire. Le croate, surement très tendu, n’a pas réussi à conserver sa mise en jeu qui lui aurait permis de se mettre rapidement dans le match. Un double break plus tard et Federer s’envole 4-0. En 25 minutes, le Suisse prend très vite une option sur ce match et remporte la première manche (6-2).

Deuxième manche : Le croate fait de la résistance

Dès le début de la deuxième manche, Marin Cilic se procure deux balles de break sur le service adverse. Mais Federer reste Federer et à l’expérience, efface ces deux possibilités pour recoller. Durant toute la deuxième manche, le Suisse aura eu énormément d’occasions de faire le break sans jamais pouvoir y parvenir. Le suisse a même dû sauver une balle de set que Cilic a totalement vendanger en plaçant un énième revers dans le bas du filet. Les deux hommes se retrouvent à 6-6, embarqués dans un jeu décisif. Avant d’entamer ce moment crucial, Marin Cilic mène 3-2 dans cet exercice là et va encore démontrer que mentalement, il sait saisir les occasions qui se présentent à lui. Un mano à mano s’engage entre les deux hommes : Federer parviendra d’abord à faire le mini-break avant que Cilic ne l’efface sur un magnifique retour de coup-droit. Après 11 point, Cilic s’offre deux balles de set. La première est sauvée par le Suisse mais à 6-5, le croate ne se fait pas prier sur son service pour empocher la deuxième manche (7-6).

Troisième manche : Federer à l’expérience

Les deux hommes repartent sur le court à égalité parfaite au début du troisième set. On se dit, à ce moment là, que ça peut tourner d’un côté comme de l’autre. Rien à signaler jusqu’à ce jeu à 3-2 où Roger Federer décide d’en mettre un peu plus. Il se procure deux balles de break et se détache 4-2 dans cette troisième manche. Sur ce sixième jeu de la troisième manche, le croate a été totalement lâché par son service. À 5-4, Roger Federer fait du Federer, c’est à dire des aces et des services gagnants pour boucler la troisième manche sur un jeu qui n’aura duré qu’une seule toute petite minute (6-3).

Quatrième manche : Marin Cilic, le guerrier

Roger Federer mène donc deux sets à un dans cette finale. Au début de la quatrième manche, le Suisse est vraiment mieux, le croate a pris un petit coup sur la tête avec cette perte du troisième set et perd rapidement son service. Federer mène très vite 2-0 puis 3-2. Lors de ce sixième jeu, le Suisse réalise un jeu horrible et perd pour la première fois de la rencontre son service. Le croate est de retour, s’encourage et sauve une balle de break à 3-3 pour reprendre la main dans cette manche. À 4-3, il se procure même deux balles de break sur le service du suisse qu’il n’arrive pas à convertir. Federer aura eu l’occasion de recoller mais Cilic se procure une nouvelle balle de break, qu’il convertit et le croate prend pour la deuxième fois consécutivement le service de son adversaire. À 5-3, il réalise un jeu parfait, et rempote cette quatrième manche en alignant quatre points consécutifs. Au bord de la rupture en début de set, le croate fait preuve d’un mental d’acier pour embarquer Federer dans une cinquième manche décisive après 2 heures et 34 minutes de jeu (6-3).

Cinquième manche : Norman de retour à la maison 

Dès le début de la cinquième manche, Marin Cilic se procure deux balles de break sur le service de Federer. Mais le suisse ne veut pas abdiquer et sur un revers croisé gagnant, fait la course en tête dans cette manche décisive. Dans le deuxième jeu, le croate s’écroule complètement sur son service en commettant deux doubles fautes et le suisse s’empare du service adverse. Federer a donc un break d’avance, comme dans la quatrième manche, et mène 3-0. Au changement de côté, le suisse est tendu. Il peste contre l’arbitre, trouve que la caméra est trop près de lui et perd le jeu, blanc. Le public est totalement acquis à la cause de Roger Federer qui se rapproche d’un vingtième titre du Grand Chelem lorsqu’il enchaine les premières balles et gagne lui aussi un jeu blanc pour mener 4-1. Le croate semble émoussé physiquement et concède de nouveau des balles de break sur son service. Sur la première, Federer ne se fait pas prier et s’envole vers un vingtième titre du Grand Chelem. Le dernier jeu du match se solde par un ace, un service gagnant, une faute en coup droit du croate et un dernier service gagnant. Comme l’an passé, son adversaire demande le challenge mais la technologie est avec le Suisse et Federer peut lever les bras au ciel pour la vingtième fois après trois heures d’un combat intense (6-2, 6-7, 6-3, 3-6, 6-1)

En remportant son vingtième titre du Grand Chelem, son sixième Open d’Australie, Roger Federer rentre un peu plus dans la légende du tennis. Sur les cinq derniers tournois du Grand Chelem, Federer en a remporté 3 contre 2 à Rafael Nadal, éliminé plus tôt dans le tournoi. À 36 ans, Federer est immortel et inscrit une nouvelle ligne à son palmarès déjà long comme le bras. Au classement ATP, le suisse revient à 155 points de Rafael Nadal. Nul doute que la place de numéro 1 va devenir un objectif pour R20er Federer.