On est le 8 septembre 1968 au West Side Tennis Club de Forest Hills qui accueille l’US Open de tennis, dernière levée du Grand Chelem de la saison. Arthur Ashe devient le premier joueur noir à remporter un tournoi du Grand Chelem. Cerise sur le gâteau, il réalise cet exploit chez lui aux Etat-Unis. 

Allô ? C’est le Vestiaire du Sport qui te parle.

Arthur Ashe nait à Richmond en Virginie pendant la 2nde Guerre Mondiale en 1943. Il commence sa carrière de tennisman en 1960 avec un passage à UCLA, université prestigieuse de Los Angeles. Il rafle tout là-bas, ce qui lui vaut d’être sélectionné dans l’équipe américaine de Coupe Davis. Il est d’ailleurs le premier joueur afro-américain appelé en Coupe Davis. Il commence déjà à marquer l’histoire. Mais ça ne s’arrêtera pas là. En 1968, plutôt que de faire des feux de camps, de mettre des sandales et de fumer de l’herbe, il va se donner corps et âme sur un autre gazon, celui de Forest Hills qui accueille l’US Open, dernier tournoi du Grand Chelem de la saison. Il bat notamment Roy Emerson en huitièmes de finale en lui mettant une petite pilule et bat au tour suivant le tombeur de Rod Laver en 5 manches. La tête de série numéro 5 a la voie libre vers la légende. En finale, il s’impose au terme d’un match de dingot face au hollandais volant Tom Okker. Arthur Ashe l’a fait. Il remporte l’US Open et devient le premier noir à remporter un tournoi du Grand Chelem.

Par la suite, il en remportera deux autres à l’Open d’Australie et à Wimbledon. Il s’enverra également 4 Coupe Davis. Mais au-delà de ses résultats sportifs, Arthur Ashe a été une grande source d’inspiration en dehors des terrains. Il s’est engagé avec énormément de passion pour la cause noire dans une période très délicate aux Etats-Unis. Il a également lutté contre le SIDA, lui-même infecté suite à une transfusion sanguine. Pour l’ensemble de son oeuvre, il est membre du International Tennis Hall of Fame et son nom a été donné au court central de Flushing Meadows, excusez du peu. Il mourra en 1993 à New York.