Demain soir, le Real et l’Atletico vont s’affronter dans le cadre de la demi-finale aller de la Ligue des Champions. C’est l’occasion pour nous de vous rappeler le déroulement des deux dernières rencontres européennes entre les deux équipes. Il s’agit de 2 des 3 dernières finales de la compétition : en 2014 et 2016.

Finale 2014 : Victoire 4-1 du Real après prolongations 

Contexte 

Lors de cette saison 2013-2014, on assiste à l’explosion de l’Atletico Madrid. Des joueurs ultra prêts physiquement, durs sur l’homme, une défense exceptionnelle et un entraineur complètement fou en la personne de Diego Simeone. En poules, les Colchoneros se baladent en enquillant 16 points contre le Zenith, le FC Porto et l’Austria Vienne. Même tarif pour le Real dans une poule composée de Galatasaray, de la Juve et du FC Copenhague.

En 1/8ème de finale, l’Atletico se défait tranquillement de l’AC Milan qui n’est plus que l’ombre d’elle-même. De leur côté, les Merengue débute leur parcours de Bundesliga face à Schalke en leur collant deux bonnes branlées 6-1 puis 3-1. 9-2, emballé c’est pesé.

En quarts, le niveau se durcit pour les deux équipes. L’Atletico hérite du FC Barcelone qui fait office d’épouvantail. Mais avec leur jeu infernal et ultra rugueux, les hommes de Diego Simeone s’en sortent lors d’une double-confrontation bouillante. 1 partout à l’aller et une victoire 1-0 au retour. Le Real s’en sort face au Borussia Dortmund malgré une défaite 2-0 au retour.

En demies, l’Atletico sort Chelsea grâce à une victoire 3-1 au match retour à Stamford Bridge. Les joueurs de Carlo Ancelotti éliminent de leur côté le Bayern Munich, tenant du titre avec notamment une bonne piquette 4-0 au retour à l’Allianz Arena.

Pour rappel, avant la finale, les Colchoneros remportent la Liga après un match décisif face au Barça.

Le match

Estadio da Luz, Lisbonne, plus de 60 000 spectateurs

40 ans après sa première finale, l’Atletico est en quête de sa première coupe aux grandes oreilles. Du coté du Real, c’est la quête de la Decima qui dure maintenant depuis 12 ans qui est dans toutes les têtes.

Diego Simeone prend le risque de faire débuter Diego Costa, le fou furieux qui te ferait fusiller un câble en 3 secondes, malgré sa blessure à la cuisse. Résultat des courses : il sort au bout de 9 minutes de jeu, il ne peut pas se déplacer et veut se protéger en prévision de la Coupe du Monde au Brésil (super idée vu la Coupe du Monde en carton de l’Espagne). Cette 1ère mi-temps est surtout marquée par l’ouverture du score de l’Atletico grâce à Godin qui lobe Casillas grâce à sa tête. Les rouges et blancs tiennent le score la quasi totalité du match. Jusqu’à la 93ème match et le coup de casque incroyable de Sergio Ramos. Plus personne n’y croyait mais Courtois doit finalement s’incliner. On va devoir jouer les prolongations et les Merengue ont clairement l’ascendant et vont le montrer. C’est d’abord Bale qui plante après 110 minutes d’errance inexpliquée sur la pelouse portugaise. Ce diable de Marcelo va plier le suspense à la 118ème minute grâce à un boulot de dingue de Di Maria. Enfin, CR7 parachève le tout sur penalty pour inscrire son 17ème but de la compétition. Il enlève son haut et fait le barbot devant les caméras comme s’il avait marqué le but de la victoire. Peu importe, tout le monde est en folie. Simeone pète un câble et se fait exclure après avoir voulu découper Varane. Le Real tient sa Decima et l’Atletico devra attendre pour sa première.

Finale 2016 : Victoire du Real aux tirs aux buts 

Contexte 

Les deux équipes sortent en tête de leurs groupes respectifs.

En 1/8ème de finale, les scenarios sont totalement différents. Le Real s’impose tranquillement 2 fois 2-0 contre la Roma sans briller. L’Atletico frôle l’élimination face au PSV et finit par s’en sortir aux tirs aux buts après une séance complètement dingue (8-7).

En quarts, c’est du lourd pour l’Atletico qui doit encore une fois se coltiner le Barça. Mais encore une fois, les Colchoneros font tourner les Blaugrana, alors tenants du titre, en bourrique et se qualifient. Le Real, de son côté, emmené par ZZ, s’en sort face à Wolfsbourg malgré une défaite 2-0 à l’aller.

En demies, encore du lourd pour l’Atletico qui affronte le Bayern. Et encore une fois, les joueurs de Simone ont su tirer leur épingle du jeu après une double confrontation extrêmement serrée. S’envoyer le Barça puis le Bayern c’est très costaud. Les Merengue ont eux disposé de Manchester City tombeur du PSG, après deux matchs sans intérêt. Le Real se retrouve en finale sans vraiment bien jouer en finale. A ZZ de remotiver ses troupes.

Le match 

San Siro, Milan, plus de 70 000 spectateurs

L’Atletico avait à coeur de prendre sa revanche après la défaite cruelle de 2014. Le Real, de son côté, vise tranquillement une 11ème Ligue des Champions, juste pour le goût.

Très honnêtement, il ne s’est pas passé grand chose. C’était vraiment pas le match de l’année. Ramos a très tôt ouvert le score (15ème minute). Premier défenseur à marquer dans 2 finales de Ligue des Champions, le héros madrilène était néanmoins hors-jeu lors de l’action du but. Ca nous rappelle quelque chose… A la 48ème minute, les Colchoneros bénéficient d’un pénalty. Malheureusement, notre Grizou national, juste avant son Euro de dingue, se troue et le manque. Mais, à la 79ème, Carrasco, l’ancien monégasque, entré en jeu en cours de 2ème mi-temps, égalise. Pareil qu’en 2014, les deux équipes vont jouer des prolongations. Seulement, cette fois-ci, aucun but ne sera marqué et une séance de tirs aux buts devra désigner le vainqueur. C’est cruel mais c’est le foot, et c’est ça qu’on aime.

Les quatre premiers tireurs du Real mettent leurs pénos tranquillement. Mais là, c’est le drame pour l’Atleti, Juanfran rate le sien. C’est alors à Cristiano Ronaldo de tirer. Balle de match pour le portugais. Avec beaucoup de sang froid, il marque son pénalty et envoie son équipe une fois de plus sur le toit de l’Europe. Zidane devient le 7ème homme à remporter la Coupe aux grandes oreilles en tant que joueur puis entraineur. Il rejoint notamment Cruyff, Ancelotti et Guardiola. Et ça après seulement 6 mois sur le banc. Génie.

Aucun doute que les joueurs de l’Atletico auront les crocs demain soir et rêveront de s’offrir une 3ème finale en 4 ans pour pouvoir enfin soulever le plus beau trophée qui soit.