Il y a quatre ans jour pour jour, le 18 Mai 2013, le Rc Toulon remportait la premier de ses trois trophées en Coupe d’Europe face à Clermont dans un match qui aura tenu toutes ses promesses. Un petit point séparera les deux équipes au coup de sifflet final mais c’est bien les Rouges & Noirs qui rugiront de plaisir à Dublin. 

Au moment du coup d’envoi, Clermont est leader du Top 14 à l’issue de la saison régulière et a fait tomber le Leinster, double champion d’Europe en titre, en phase de poule. Cette équipe a été construite pour ce genre de rencontres et affronte son dauphin hexagonal, le RC Toulon, en finale de H Cup.
James donne le coup d’envoi d’une rencontre que l’on vous propose de revivre avec nous. Dès la deuxième minute de jeu, Byrne est à la réception de sa propre chandelle. Il volleye et trouve le soutien. Les avants enchaînent dans l’axe mais sont portés en touche. La touche est joué, Bruno assure son premier lancer. Le ballon est envoyé sur Wilkinson qui monte une chandelle sous laquelle l’ASM est sûre. Les Auvergnats enchaînent dans l’axe et mettent les Toulonnais à la faute au sol. On joue depuis quatre minutes et Morgan Parra apporte la première banderille (0-3). Les Toulonnais se rebiffent et se voient récompensés de leurs efforts dix minutes plus tard. Bastareaud est sollicité par Wilkinson. Le centre international charge Rougerie qui ne s’échappe pas. Bruno est au soutien. Il passe au sol où Vosloo est pénalisé pour avoir disputer le ballon sans être sur ses appuis. La légende Wilkinson ne se fait pas prier et plante les trois premiers points pour Toulon et égalise à 3-3. Puis plus rien ou quasiment rien, un essai invalidé, des en-avant à gogo, des fautes à la pelle et Monsieur Rolland renvoie les 30 acteurs se rafraichir un peu la cervelle. Les deux formations virent donc au coude à coude à l’issue d’une période tendue, crispée et lors de laquelle les défenses ont pris le pas sur les attaques. Le RCT a probablement réalisé une meilleure entame et l’ASM a montré plus d’ambitions par la suite mais que ce fut pauvre. Les 50 148 spectateurs de l’Aviva Stadium de Dublin vont pouvoir enchainer les bières avant la reprise du second acte.

La seconde période démarre sur le chapeaux de roues et c’est Clermont qui griffe les Toulonnais deux minutes après le renvoi de Wilkinson. Sivivatu gratte le ballon à Wilkinson, qui s’était admirablement bien rasé pour l’occasion. Le jeu part sur le large et Rougerie décale Nalaga avec une passe dans le contact. Le Fidjien accélère long de ligne, protège sa course de l’épaule et aplatit malgré le retour d’Armitage (3-8). Parra rate la transformation et le score en reste là. Connaissant le faible charisme de ce joueur, on comprend pourquoi son pied a tremblé au moment d’envoyer le ballon entre les perches. Quatre minutes plus tard, Toulon se remet dans le droit chemin et obtient une pénalité. Evidemment, Wilkinson ne se fait pas prier et ramène Toulon à deux points des Clermontois (6-8). Mais décidément, cette finale ne veut vraiment pas choisir son camp car deux minutes après, Clermont reprend le large en inscrivant un essai par l’intermédiaire de James. Parra extrait pour James qui tape par-dessus. Rougerie récupère et donne dans le mouvement à James qui a bien suivi à l’intérieur. L’Australien résiste au retour de Giteau et aplatit (6-13). Parra comprend qu’il est en finale de Coupe d’Europe et qu’il est important d’arrêter de se pisser dessus dès qu’il faut faire le boulot. Il transforme l’essai et Clermont prend neuf points d’avance (6-15). On joue la 48ème minute de jeu et, à ce moment précis, les Jaunards ne savent pas encore que plus aucun point ne sera marqué en faveur de leur équipe. Toulon aura attendu l’heure de jeu pour commencer à mettre un pied devant l’autre. D’abord par Wilkinson qui inscrit 3 points et ramène Toulon à moins d’un essai transformé de leur adversaire du jour (9-15). À la 64ème minute de jeu, les Toulonnais prennent l’avantage. M. Rolland laisse beaucoup jouer. Les fautes se succèdent mais sont équitablement réparties à son goût. Le ballon change une ultime fois de main. Armitage est décalé en une passe par Fernandez Lobbe qui a gratté le ballon. L’Anglais va plonger en coin et Toulon n’est plus qu’à un petit point de l’égalisation (14-15). Wilkinson a la possibilité de donner l’avantage pour la première fois de la rencontre à son équipe et ne tremble pas. Le mec est un surhomme. Le stress, il connait pas et Toulon est devant (16-15).

La fin de match est étouffante. Un seul coup de sifflet de l’arbitre pourrait tout changer. Clermont fait le forcing mais Toulon résiste et peut lever les bras au ciel après 80 minutes de combat acharné. Les Toulonnais s’imposent au bout du suspense et à l’issue d’une rencontre longtemps dominée par des Auvergnats. Les Varois soulèvent leur première Coupe d’Europe. L’année d’après ils en soulèveront encore une et l’année encore d’après, ils re-soulèveront celle qu’ils avaient gagné les deux précédentes années. Tout ça pour dire qu’en 2013, 2014 et 2015, Toulon était intouchable. Pourquoi ? Parce que Toulon, Rouge, Parce que Toulon Noir, Parce que Toulon Rouge & Noir.