Le 18 Avril 2014, le club de Luzenac s’assurait la montée en Ligue 2 grâce à sa victoire sur Boulogne sur Mer (1-0). Cette équipe n’aura finalement jamais l’occasion de faire partie du multiplex de Bein Sports le vendredi soir à 20h. Retour sur un épisode qui aura marqué le football français. Et parce qu’on a aussi envie de vous donner des nouvelles de notre divin chauve, Fabien Barthez.

L’exploit puis la descente en enfer

Luzenac, c’est une petite ville de 600 habitants à peine mais c’est surtout un club perché dans les montagnes des Pyrénées qui aurait du participer au championnat de France de Ligue 2 lors de la saison 2014-2015. Si on devait associer cette petite structure à un candidat à la présidentielle, on lui attribuerait sans trop de problèmes, Jean Lassalle, un mec du terroir, un mec perdu dans les sondages dont on ne connaissait pas l’existence avant le dernier débat. Pour Luzenac, c’est pareil, on ne le connaissait pas et on a appris à l’aimer lorsqu’on a compris qu’il ne foulerait jamais les pelouses du championnat sponsorisé par une marque de pizza. Alors pourquoi ? Pourquoi cette équipe qui a fait rêver un peuple tout entier pendant 38 journées s’est vue mettre à l’amende à ce point ?

En Mai 2014, tout partait pourtant bien. Le calendrier de la prochaine saison est de sortie et Luzenac doit jouer son premier match contre Troyes à domicile le 1er Aout, en pleine fournaise. Un jour plus tard, le club trouve un accord pour pouvoir jouer au Stade Ernest Wallon, occupé normalement par le Stade Toulousain qu’ils se partageront tout au long de la saison si l’accord est donné par la LFP.

Début Juin, la police nationale et financière du football français, interdit la montée de Luzenac dans le championnat supérieur. Les raisons évoquées ? Un budget insuffisant. Le club décide de faire appel.

Début Juillet, la DNCG refuse l’appel du club mais décide de maintenir celui-ci en National. Le directeur du club refuse cette possibilité et souhaite aller jusqu’au bout pour que ses joueurs puissent goûter à la sauce piquante. Le club saisit le CNOSF. Pendant ce temps là, la Berrichonne de Châteauroux est repêchée. Une sorte de rattrapage sans passer par la case oral, ça aurait pu en sauver plus d’un lors du baccalauréat. Le CNOSF rend son avis quelques jours plus tard et celui ci est défavorable. Le shooter de trop. Le club continue sa bataille et décide d’aller devant le Tribunal Administratif de Toulouse.

Le 1er Août, le club de Luzenac est censé jouer son premier match de championnat mais n’est toujours pas autorisé à sortir du tunnel. Le Tribunal Administratif rend un avis favorable au club. Le même avis sera finalement rendu par la DNCG quelques jours plus tard. Mais comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, c’est le stade qui pose désormais problème. En cause ? Le stade ne dispose pas de normes réglementaires en terme de sécurité pour accueillir une rencontre de Ligue 2. Luzenac trouve un accord avec le Stadium de Toulouse, accord qui sera accepté puis finalement refusé, les différentes instances se renvoyant la balle sans jamais statuer de manière collective sur l’avenir du club. Les politiques ont bien tenté de s’en mêler mais c’était sans compter sur le désir farouche de l’homme à la moustache, Frédéric Thiriez, de ne jamais accepter leur aide.

Clap de fin en Septembre pour les joueurs et les dirigeants qui se voient rétrogradés au 7ème échelon du football amateur. Fabien Barthez, alors directeur général du club, quitte le navire. Le divin chauve ne supportera pas cet échec et se consacre désormais à l’une de ses nouvelles passions, l’automobile. Pas besoin de casque avec un tel crâne, la pénétration dans l’air est magnifique.

Et maintenant ?

C’est donc en DHR que Luzenac débute sa saison 2014/2015. Coup de massue et dur retour à la réalité pour un club qui se voyait quelques mois auparavant dans l’impossibilité de voir ses joueurs sortir en boite les jeudis soirs pour les soirées étudiantes. Malheureusement pour les instances du football français, les joueurs obtiennent leur accession pour le 6ème échelon dès cette saison là et montent en DH. Un regain de forme dans une ambiance morose qui ne suffira pas l’année d’après. Cependant cette saison, les joueurs de Luzenac peuvent avoir de belles ambitions. Ils sont 3èmes de leur championnat à égalité de points avec le deuxième et à seulement un point du premier à 4 journées de la fin. Une accession en CFA 2 serait un moindre mal pour un club qui aura clairement subi une injustice. Peut être qu’un jour, Luzenac défiera Bastia en National. Ces deux clubs en prennent pour l’instant le chemin.