Il y a des histoires qui ne prennent pas une ride à mesure que le temps passe. Celle des Forgerons de Gueugnon en fait partie. En 2000, alors que la Coupe de la Ligue n’existe que depuis six ans, les pensionnaires de Ligue 2 deviennent la première équipe de l’échelon inférieur à remporter le trophée circulaire. Retour sur une épopée qui en disait déjà long sur le niveau et le degré d’implication des équipes dans cette compétition.

Seizième de finale : Chamois Niortais – FC Gueugnon, 8 Janvier 2000

Qui aurait cru le 8 Janvier 2000 au coup d’envoi de ce match, que le vainqueur irait en finale de cette compétition et remporterait le trophée face au deuxième de Ligue 1. Certainement pas les Gueugnonnais qui se déplacent à ce moment là chez un autre pensionnaire de Ligue 2. Le match se jouera dans un froid polaire et ne devrait pas déplacer les foules. Pourtant, 3367 spectateurs ont quand même décidé de venir se geler les couilles au Stade René Gaillard. C’est vrai que quand on regarde l’affiche, le 17ème de Ligue 2 accueille le 6ème, il n’y a pas de quoi s’exciter. Et finalement, ce match tiendra toutes ses promesses. L’équipe de Sylvain Distin (oui, on parle bien de celui qui détient le record d’apparitions en Première League (469) pour un joueur de champ non-britannique) s’impose 1-0 à l’extérieur grâce à un but de l’inévitable Roda à la 55ème minute de jeu, attaquant qui plantera en tout 13 buts cette saison là. Un véritable sniper des pelouses gelées. En route vers les huitièmes de finale.

Huitième de finale : FC Gueugnon – Toulouse FC, 29 Janvier 2000

Au Stade Jean Laville, c’est l’effervescence en ce 29 Janvier. Les hommes d’Alex Dupont accueillent dans leur antre les Toulousains de Marc Libbra (oui, on parle bien du journaliste-consultant sur la chaine l’Equipe). L’affiche est belle puisque la ville rose est en course, à ce moment là, pour la montée en Ligue 1. Quelques mois plus tard, elle finira 3ème et accédera à l’échelon supérieur. Sylvain Distin, le roc de la défense gueugnonnaise est une nouvelle fois titulaire. Et c’est encore notre attaquant vedette, notre sniper des temps modernes qui fera tourner le match en faveur des bourguignons grâce à son but à la 22ème minute de jeu 1-0. Les entrées successives de Thierry Moreau (non, la pour le coup, c’est pas celui que tu penses #TPMP) et de Mehdi Nafti n’y changeront rien. Gueugnon est en quart de finale de la Coupe de la Ligue. Tout le monde commence à se demander combien de tours encore vont pourrir ces semi-pros.

Quart de finale : FC Gueugnon – RC Strasbourg, 19 Février 2000

Deux tours passés avec la manière, deux encore à franchir avant d’atteindre la finale. Mais le premier objectif des Gueugnonnais ce soir là, c’est surtout de faire bonne figure face à une équipe de Ligue 1 et de ne pas quitter la compétition avec une grosse valise sur les bras. 6 483 spectateurs se sont déplacés pour le match, l’euphorie est présente et tout le monde y croit. Peut être même qu’au moment du coup d’envoi, les spectateurs y croient plus que les joueurs sachant qu’un gouffre de niveau sépare les deux formations. Strasbourg finira 9ème cette saison là, à 3 points de la 5ème place. Dès le premier quart d’heure, Amara Traore ouvre le score 1-0. En supériorité numérique après la reprise, due à l’exclusion de Lionel Rouxel, il faudra attendre la 89ème minute pour voir les bourguignons faire le break 2-0 et sortir la saucisse du feu avant qu’elle ne soit trop cuite.

Demi finale : Red Star 93 – FC Gueugnon, 3 Avril 2000

Elle avait vraiment pas fière allure cette compétition en 2000. Non mais on rêve, il est où le tirage qui permet d’avoir les deux meilleurs en finale #PSG ? C’est sur c’était pas Laurent Luyat qui gérait le tirage. Bilan, on se retrouve avec une demi finale entre un pensionnaire de National et un de Ligue 2. Le nombre de téléspectateurs était de 10. Pire audience de France 3 depuis sa création. En même temps, Jérome Alonzo n’était pas encore consultant pour nous apprendre comment plonger sur un ballon. Et des ballons non arrêtés, il y en a eu plus d’un. Quatre exactement si on s’arrête au temps réglementaire, 2-2. Puis il y a eu la loterie (non pas ton loto, quand t’étais au primaire où tu terminais jamais ta ligne parce qu’il y avait toujours bouboule qui mettait sa coquillette sur le dernier numéro avant toi). Et quelle fin épique. 9-8 aux tirs au but, on se serait cru sur un tie break de tennis. En regardant la pelouse et l’enceinte, on a vite abandonné cette idée. Gueugnon est en finale.

Finale : Paris Saint Germain – FC Gueugnon, 22 Avril 2000

77000 spectateurs sont présents au Stade de France pour cette finale. Théoriquement, la logique aurait dû être respecté avec une belle petite branlée légère pour le goût en faveur des Parisiens. 58 points, c’est qui aura suffit au PSG pour se qualifier pour la coupe aux grandes oreilles la saison suivante. L’équipe parisienne ferait rêver plus d’un club de Ligue 1 à l’heure actuelle. Okocha, Benarbia, Robert, Leroy, Casagrande (?), que des numéros 10 dans cette team. La première mi temps ne permettra pas de départager les 22 acteurs. Il faudra attendre la 65ème minute pour qu’une partie du stade chavire. Et c’est celle sponsorisée par la barre chocolatée Lion qui rugira en premier. Trapasso permet aux hommes de Dupont & Dupont de mener à la marque. Les Gueugnonnais décident alors de fermer la boutique à quadruple tours et sur un contre assassin, à la 89ème minute, Flauto, l’homme providentiel, scelle le score 2-0. Le public bourguignon explose de joie, les joueurs n’en croient pas leurs pieds. Non ce n’est pas un rêve, on peut le dire maintenant, Gueugnon a gagné la Coupe de la Ligue. Les joueurs, maintenant à la retraite, peuvent encore se targuer, tous les matins au PMU, de l’avoir gagnée alors que Rennes ne la gagnera jamais.