On va bientôt basculer vers une nouvelle année mais il nous reste encore quelques heures pour faire un dernier petit retour sur 2017. Après les 10 moments qui ont fait 2017, on s’attaque aujourd’hui aux personnalités sportives qui nous ont énervé tout au long de cette année. De très bonne humeur, le Vestiaire du Sport risque de l’être un peu moins lorsqu’il va commencer à s’enflammer sur des personnalités qu’il ne peut plus voir en peinture. Pour certains, c’est un évènement qui a fait basculé leur saison dans la déchetterie, pour d’autres, c’est l’ensemble de la saison qui est à jeter aux détritus. 

Benoit Paire

C’est bien Benoit, encore une année 2017 bien accomplie. T’as pas joué 30/2 toute la saison c’est cool. Bilan 2016 : 23 victoires – 32 défaites, bilan 2017 : 31 victoires, 31 défaites pour à chaque fois 33 tournois disputés. C’est un peu mieux que l’an dernier mais vraiment pas de quoi aller s’envoyer des bouteilles de champagne au Gotha à Cannes pour le Réveillon. Mais le pire, c’est pas tellement ton niveau de jeu, parce que il y a toujours moyen de s’améliorer mais c’est plus ton caractère qui est inquiétant. T’as quand même un sacré culot d’annoncer en début d’année que tu vas faire une saison pleine et que tu vas te calmer quand quelques mois plus tard, tu pètes littéralement un câble au tournoi de Halle. Un avertissement, deux pénalités plus tard, et le mec est content. Avant ça, tu nous avais cassé deux raquettes au premier tour du Masters 1000 de Rome, puis en fin d’année, lors des rencontres Interclubs, tu avais réussi à te montrer sous ton plus beau visage et ensuite… on arrête là parce que la liste est trop longue. Déjà, l’année dernière, tu nous avais bien gavé avec ton exclusion des Jeux Olympiques de Rio (qui peut être aussi con que toi pour ne pas vouloir disputer cette compétition?) mais là cette année, c’est vraiment le pompon sur la Garonne.

 

Nasser Al Khelaïfi & Jérome Valcke

Alors que Jérôme Valcke était en visite au Tribunal Arbitral du Sport à Lausanne pour faire péter sa sanction de 10 ans ferme suite à une affaire malhonnête de revente de billets lors de la Coupe du Monde 2014, la justice suisse en a profité pour l’interroger ainsi que sa femme à Berne, la capitale suisse. Pourquoi toutes ces questions ? Le français est soupçonné d’avoir accepté des avantages indus en lien avec l’octroi de droits média dans certains pays dans le domaine des droits sportifs en ce qui concerne les Coupes du monde de football de la FIFA de 2018, en Russie, 2022, au Qatar, 2026 et 2030. Mais qu’aurait donc fait Nasser qui nous fait tant rêver avec ces interviews du dimanche soir ? Pas très compliqué. Si quelqu’un est soupçonné d’avoir accepté des avantages indus, il faut bien qu’il y ait quelqu’un d’autre qui les offre. Et, de ce côté-là, deux hommes sont concernés : un homme d’affaires dont l’identité reste encore inconnue concernant les Coupes du Monde 2018 à 2030 ; et ce bon vieux Nasser pour les Coupes du Monde 2026 et 2030. L’idée, c’est qu’en échange de ces avantages, la FIFA aurait cédé les droits télé des compétitions à des prix en dessous du marché sans appel d’offre. Sympa pour ceux qui voulaient se positionner et qui ont vu les droits télévisuels leur passaient sous le nez comme ça, sans avoir pu bouger le petit doigt.

En plus de cette affaire Nasser, tu nous recrutes des mecs à 400 et 180 millions quand 95% des clubs de Ligue 1 n’arrivent pas à se payer le sosie raté de Fahid Ben Khalfallah. C’est chiant parce que, quand t’es supporter de Bordeaux, et que t’espères un petit truc pour cette année, bah tu sais que c’est pas avec la paire Toulalan-Jovanovic que tu vas pouvoir arrêter tes joueurs payés par le pétrole.

Justin Gatlin

Toi, t’es le mec qui lors d’un anniversaire surprise, envoie un texto à l’intéressé pour lui dire que tu viens d’arriver à son anniversaire et que tu ne comprends pas pourquoi il n’est toujours pas là. T’as plombé la soirée, t’es content, tu repars avec le sourire alors que, de base, personne voulait t’inviter ce soir là.
Ça devait être une énorme soirée ; le dernier sacre d’Usain Bolt sur son 100 mètres, en finale des Mondiaux 2017 d’athlétisme de Londres. Une finale, qui ne présentait de base, pas beaucoup de suspens, et qui s’est soldée par une déception énorme pour le jamaïcain détrôné par l’américain Justin Gatlin que personne ne voulait voir vainqueur. Pourquoi ? Parce que cet homme est un charlatan. Le mec a été suspendu pour dopage en 2001 puis en 2006, on se dit « bon il a compris la leçon, il refera plus, pas bien Fabien ». Et bah non, quatre ans plus tard, rebelote, le mec est encore controlé positif, en 2010. Là on se dit « bon il est trop con, on peut plus rien faire pour lui, retirez lui son dossard et on en parle plus ». Mais le mec a 35 ans et il a encore le culot pour revenir se présenter à une compétition et détrôner le maitre des lieux. C’est pas sport sérieux, il la méritait tellement, cette course, notre fusée jamaïcaine. On te pardonnera pas Justin, jamais. T’as le prénom d’un saucisson bien connu en France en plus, gros porc.

Christopher Froome

Quand on vous dit que ce sport, c’est vraiment l’enfer. T’en as pas un qui est pas complètement chargé. Quand tu crois tenir le bon bout dans la bataille contre le dopage, t’en as toujours un qui finit par lâcher le morceau. Bon là ok, le mec s’est fait prendre comme un débutant mais quand même. Le mieux dans ces affaires, ce sont les excuses que peuvent donner les cyclistes pour justifier la prise de produits dopants. Les mecs nous prennent pour de véritables buses. Tout ça pour dire que notre petit Christopher Froome qui arrêtait pas de dire qu’il était sain, qu’il gagnait uniquement grâce à ses jambes et sa tête, il nous a bien pris pour des truffes. Quatre fois vainqueur du Tour de France, il avait décidé d’enchainer cette année avec la Vuelta. Manque de chance pour lui, l’UCI a décidé de le contrôler alors qu’il s’apprêtait à réaliser un doublé inédit depuis 1978. Et bim, la sentence tombe, le mec est chargé comme une mule au salbutamol, un bronchodilatateur du style Ventoline, médicament utilisé contre l’asthme. Cette substance peut être prise mais de manière réglementée : elle doit être inhalée à dose modérée, de sorte que sa concentration dans les urines ne dépasse pas 1 000 nanogrammes par millilitre. Christopher Froome a largement remplacé cette dose par une dose de cheval. Décidément le cyclisme, c’est pas pour nous désolé, un sport pourri comme ça, on en veut pas, merci mais non merci.

Tiger Woods

C’est dingue comme une carrière peut passer de l’état de grâce absolue à l’état de désastre cataclysmique en un rien de temps. Tiger Woods en est la preuve parfaite. Ancien numéro un mondial de golf, le mec a été retrouvé sur le bas côté d’une route qui le menait jusqu’à chez lui endormi. Non vous ne rêvez pas, enfin pas plus que Tiger dans sa bagnole, le mec s’es tapé une petite sieste avant d’arriver chez lui en mai dernier. Bon du coup, comme c’est pas commun, le shérif de l’Ouest a demandé une petite analyse d’urine dans le petit tube en plastique. Et BAM ! 5 médicaments dans la pisse de Tiger. Sa pisse c’est l’ordonnance d’un quasi mort, avec des anti-douleurs à base d’opium, du Xanax mais surtout du zolpidem, un somnifère que tu prends généralement quand t’es dans ton plumard et que t’arrives plus à compter jusqu’à 1 million de moutons, pas quand t’es dans ta voiture pour rentrer à ton domicile. Et évidemment, pour conclure, le mec était un peu défoncé à la marijuana parce que sinon le trip était pas assez drôle.
Du coup niveau carrière professionnelle, on est plus sur un parcours de premier mondial. Blessé au dos, le mec n’a pas joué pendant 15 mois entre 2015 et 2016, puis il a mis fin à sa saison après deux compétitions en 2017. Quatre opérations du dos depuis 2014 pour le bonhomme, il ferait mieux de se mettre au billard.

Dopage Russie

Ok, c’est pas une personnalité, c’est un pays mais si on mettait Poutine, notre site aurait été fermé dans la minute et on nous aurait accusé d’un complot anti-russe de force rouge, état d’urgence sur tout internet, enfin bref on va s’éviter les emmerdes. En gros, la Russie est accusée d’avoir organisé une sorte de dopage d’Etat surtout lors des Jeux Olympiques de Sotchi (c’est plus facile à la maison), du coup exit tous les athlètes russes pour les prochains Jeux olympiques 2018 à Pyeongchang, en Corée du Sud, du 9 au 25 février. Après, on est pas assez cons pour mettre tout le monde dans le même panier et le CIO l’a bien compris. Du coup, certains athlètes vont pouvoir concourir sous le drapeau olympique (adieu ton hymne et ton drapeau, tu prends les 5 anneaux et tu nous emmerdes pas), mais si et seulement si, ils respectent toutes les conditions que le CIO va mettre en place. Autant dire qu’il y en a un paquet qui vont restés dans le canapé.

Bernard Laporte

Ça faisait pourtant pas longtemps que t’étais à la tête de la fédération française de rugby et déjà tu t’es foutu dans un sacré pétrin mon nanard. Cet été, le Journal du Dimanche (JDD) a révélé que Bernard Laporte serait intervenu auprès de la commission d’appel de la FFR pour qu’elle regarde de plus près les sanctions prononcées à l’encontre du club de Montpellier. Bon quand tu regardes le truc comme ça en survolant, tu te dis qu’il y a pas de quoi pousser mémé dans les orties, mais quand tu regardes avec ta loupe, et que tu vois que BL Communication, une société gérée (je te le donne en mille) par Bernard Laporte a signé en février un contrat d’image avec Altrad pour 150 000€, la tu te dis, on nous prend pour des jambons. Ensuite l’affaire est allée de révélations en révélations, c’est pas moi, c’est toi, c’est pas nous, en fait si, mais non c’est pas ça. Enfin bref, ta gueule Bernard. Tout ça pour dire que le 4 Décembre, le Ministère des Sports s’en même et rapporte que la commission d’appel de la FFR avait maintenu les peines contre Montpellier puis, le lendemain, par magie, les avait diminuées. Maintenant Bernard, faut que t’avoues et on passe à autre chose. Y’a du plaquage sur le pré avant la Coupe du Monde 2019.

Giampiero Ventura

Comme dirait Geoffrey Jourdren, « c’est le plus nul » entraineur qu’on ait vu depuis longtemps en Italie. Le mec avait tout pour réussir, des joueurs de top niveau, une direction qui lui avait donné toute sa confiance et puis le mec se rétame en ne qualifiant pas l’Italie pour la prochaine Coupe du Monde en Russie. Mais le plus drôle reste à venir puisque il a quand même réussi à dire que son bilan était l’un des meilleurs depuis 40 ans. On a cherché, on a pas trouvé mais c’est vrai que son bilan est pas dégueulasse puisqu’il n’a connu que deux fois la défaite. Vu comme ça, c’est honnête mais quand tu sais que l’une des deux défaites est en barrage aller contre la Suède pour valider ton ticket pour une compétition à laquelle tu participes depuis 60 ans non stop, forcément tu perds du crédit. T’as perdu tellement de crédit qu’au final t’as posé ta démission et on est bien content. On a quand même une petite pensée pour Gianluigi Buffon qui ne disputera plus jamais cette compétition. Sacré coup de Giampiero à Gianluigi.

Patrice Evra

Et on termine évidemment par le King, celui à qui on aurait pu consacrer un article entier pour déverser notre haine contre ce pseudo joueur de football qui passe plus de temps sur les réseaux sociaux à raconter ses entrainements de benjamin qu’à taper véritablement dans un ballon. Le mec a littéralement pété un câble un soir de Ligue Europa en envoyant, avant le coup d’envoi, un coup de pied kung fu dans la tête d’un supporter. Mon petit Patrice, t’as beau nous faire marrer avec ton rire de chèvre à chaque fois que tu dis « I Love This Game » mais en attendant, t’es au chômage technique et ton game que t’adores tant, t’es pas prêt d’être dedans à l’allure où les clubs se positionnent pour te vouloir dans leur équipe. Allez bise, frérot, tu m’as gonflé.