C’était un match assez attendu qui s’est déroulé cette nuit entre les Cavs et les Lakers. LeBron retrouvait à la Q Arena ses possibles futurs teammates. Le Vestiaire du Sport ne fait pas dans les rumeurs, on se respecte, mais bon, on est vraiment dans le domaine du probable là.

Contexte

Les Lakers débarquaient dans l’Ohio avec un maigre bilan de 10 victoires pour 16 défaites mais avec de réelles intentions et l’envie d’aller chercher une grosse victoires chez les champions 2016. Quant aux Cavs, avec 15 victoires lors de leurs 16 derniers matchs, ils se trimbalent avec le 2ème meilleur bilan de l’Est -derrière les ogres verts de Boston- avec 20 succès pour seulement 8 défaites. Mais pas que. Cleveland joue bien au basket avec une identité bien définie et des schémas qui fonctionnent pas trop mal. Et José Calderon, moqué à son arrivée, n’y est pas étranger.

Le match

C’est Los Angeles qui a réussi le meilleur départ sous l’impulsion de Lonzo Ball et Brandon Ingram. Les Lakers sont même restés devant un moment mais les Cavs ont accéléré en fin de deuxième quart-temps pour prendre l’avantage à la mi-temps. Ils ont ensuite maîtrisé le match en patrons, avec beaucoup de passes décisives (32) et une réussite assez solide à 3 points (plus de 41%). Les fondamentaux. Cleveland s’impose tranquillement 121 à 112.

Côté angelinos, Lonzo Ball a frôlé un 3ème triple double en compilant 13 points, 8 rebonds et 11 passes. Mais le meilleur marqueur a été Brandon Ingram avec 26 points. Il confirme match après match tout le bien que l’on pense de lui.

Mais le joueur qui a dominé le match, c’est le King. Surprenant hein ? LeBron a validé son 4ème triple double de la saison avec 25 pions, 12 caviars et 12 rebonds. Bon, ok le pourcentage au shoot est en-deça des standards. Avec notamment un vilain 1/6 à 3 points. Mais allez, ça arrive, il ne peut pas shooter à 60% à tous les matchs. Avec ce 4ème triple-double de la saison, il en est à 59 sur sa carrière et rejoint l’illustre Larry Bird. Ils ne sont plus que 5 devant lui. Big O (Robertson), Magic, Jason Kidd, notre Marsu d’amour (qui en est à 88 à titre de comparaison) et Wilt Chamberlain. C’est bien Tonton LeBron, continue comme ça.