LeBron James est un des meilleurs joueurs de basket de tous les temps. Ne croyez pas qu’on le réduit à des stats ou des infos très abruptes, on sait tous que LeBron, c’est bien plus que ça, et que son impact sur le jeu et sur les équipes dans lesquelles il joue n’est juste pas quantifiable. Mais cela vous donne un aperçu de la légende qu’il est en train de créer. Le Vestiaire du Sport vous le suggère : Régalez-vous ! Et Happy Birthday Monsieur James. 

1984

LeBron James nait le 30 décembre 1984 à Akron dans l’Ohio, il y a tout juste 33 ans. Son attachement pour sa ville et son Etat d’origine expliquera nombreux de ses choix professionnels.

74

Son record de points au lycée Saint Vincent-Saint Mary dans l’Ohio. Il impressionnait déjà tellement que tous les matchs de sa dernière année de lycée étaient retransmis sur une chaîne nationale. Ses performances lui ont valu le surnom de « Chosen One » (L’élu) par le magazine Sports Illustrated.

2003

En sortie de lycée, il est drafté en 1st pick (1er choix) par les Cavaliers de Cleveland, Ohio pour la saison 2003-2004. Il est extrêmement rare que des équipes NBA choisissent des joueurs n’ayant pas fait la moindre saison en college (université). Un autre exemple marquant d’un joueur drafté après le lycée est celui de Kobe Bryant, le « Black Mamba », joueur emblématique des Los Angeles Lakers. Tout le monde ne parle que de ça, des médias aux joueurs en passant par tous les fans de NBA.

13

En 14 saisons NBA, il a été sélectionné 13 fois pour le All-Star Game (pendant sa 1ère année, il n’était pas passé très loin d’une sélection, ce qui ne l’a pas empêché de remporter le titre de Rookie of the Year, meilleur 1ère année de la ligue). Le record est détenu par Kareem Abdul-Jabbar avec 19 sélections. Il est possible que LeBron le dépasse, rendez-vous en 2024. Il aura presque 40 ans. Regardez Vince Carter, on peut avoir 40 ans et claquer des dunks de mammouth. On y croit…

13 c’est également le nombre de saisons du King à plus de 25 points de moyenne. C’est un record NBA. Juste derrière lui, Jordan, Kobe et le mailman Malone suivent avec 12 saisons.

3

Il est là le chiffre le plus important, le seul qui compte vraiment aux yeux de (presque) tous, celui qui permet d’établir une hiérarchie d’immensité entre les légendes qui ont parcouru le jeu au fil des années. LeBron a aujourd’hui 3 bagues. 3 bagues obtenus lors des 6 dernières saisons. 2 avec le Heat de Miami (2012 et 2013), et 1, la dernière, la plus belle avec ses Cavaliers (2016) contre les Warriors qui menaient pourtant 3-1. Cela le situe au même niveau que Larry Bird, légende des Celtics et membre de la Dream Team de 1992. Mais, d’autres légendes sont encore au dessus. De Kobe (5 titres) à Jordan (6 titres) en passant par Magic (5 titres) ou Abdul-Jabbar (6 titres), ils ont tous les doigts plus remplis.

Ce n’est pas faute pour LeBron d’avoir essayé. Totalisant 8 finales NBA (dont les 7 dernières, juste pour dire à quel point le bonhomme roule sur la Conférence Est), il en a joué deux de plus que le grand Jordan qui a été bien plus efficace avec 100% de finales gagnées (de 1991 à 1993 puis de 1996 à 1998, oui le type s’est arrêté puis s’est dit en fait je vais aller chercher 3 autres titres).

4

Son nombre de titres de MVP (Most Valuable Player) de saison régulière. 2009, 2010, 2012, 2013. Seul un Derrick Rose stratosphérique en 2011 lui a volé la vedette sur cette période de grâce de 5 ans. Là encore, il est devancé par Jordan qui a reçu 5 fois la distinction et Abdul-Jabbar 6 fois. Peut-on espérer un 5ème titre cette année ? Oui, très clairement. On le dit débrief après débrief, LeBron réalise l’une des meilleures saisons de sa carrière avec des pourcentages exceptionnellement haut et des stats au rebond et à la passe en nette progression. Seul James Harden, le barbu texan, pourrait lui piquer le trophée cette année.

Par ailleurs, il a été élu 3 fois MVP des finales (2012/2013/2016).

29759

Soit le nombre de points inscrits par LeBron en saison régulière durant sa carrière au 30 décembre 2017. On est en décembre 2017, LeBron est actuellement le 7ème meilleur marqueur de l’histoire (en saison régulière, il faut bien le préciser ; il est number 1 si on ne compte que les play-offs, devant his Airness s’il vous plait, avec plus de 28 points de moyenne). Il est le plus jeune à atteindre ce nombre de points. Le record à battre est de 38 387 et il est encore tenu par le géant Abdul-Jabbar. A titre de comparaison, Jordan est 4ème avec 32 292 (mais avec une moyenne hallucinante de plus de 30 points par match) et Kobe 3ème avec 33 643.

En faisant un petit calcul pas trop compliqué, on peut envisager assez facilement, sauf cataclysme, blessure, pétage de plomb ou autre, qu’il finira sa carrière sur le podium. De là à aller chercher Abdul-Jabbar, Paganelli lui souhaite mais il va falloir avoir très faim. On aura le temps d’en reparler.

29 000 / 7500 / 7500

Non ce n’est pas le code du réseau Wifi du Vestiaire du Sport, mais une stat révélatrice que, même s’il n’est peut-être pas le plus grand de tous les temps, il est avec certitude le plus polyvalent, le vrai all-around player. Plus de 29 000 points, 7 500 rebonds et 7 500 passes sur l’ensemble de sa carrière. Il est le seul joueur de l’histoire à cumuler ces trois totaux. La performance est dingue. Pour peut-être mieux vous illustrer l’idée, voici les stats moyennes de LeBron sur l’ensemble de sa carrière : 27,2 points / 7,3 rebonds / 7,1 passes. Concernant sa saison 2017-2018, il en est à 27,8 points ; 8,2 rebonds et 9,3 passes. Phénoménal ! Encore plus pour une 15ème saison NBA.

81

C’est en millions d’euros, le montant cumulé de ce qu’il a touché en 2017. Presque 30 millions viennent de son contrat avec les Cavs, le reste provenant des contrats publicitaires et notamment son contrat à vie signé avec Nike. Il est le basketteur le mieux payé de la planète. De quoi faire des putains de beaux cadeaux de Noël.

203 / 113

Il est beau le bébé ! 203 cm pour 113 kilos. C’est un monstre.

3 767 654

Le nombre de fois où il a demandé une faute. Son péché mignon, il adore se plaindre. Mais bon, il est tellement dominant, tellement fort, et il apporte tellement à ce sport qu’on préfère en rigoler plutôt que de lui en tenir rigueur. Les haters, on ne les aime pas trop…

2

Le nombre de cadeaux qu’on vous fait pour compléter cet article. Une vidéo de son entrée pour son match de retour à Cleveland en 2014 et une vidéo compilant 100 de ses plus gros dunks (on vous promet, c’est du lourd !).