Johan Micoud ? Ce nom ne vous dit peut être pas grand chose et pourtant. Vous l’avez vu à chaque fois que Zinedine Zidane jouait au football. C’était tout simplement son ombre. Alors certes, il n’a pas fait une immense carrière mais rien que pour la taille de son nez et ses prises de parole ridicules sur la Chaine L’Equipe, le Vestiaire du Sport se devait de lui rendre hommage.

Naissance

Jo est né le 24 Juillet 1973 à Cannes dans le département des Alpes-Maritimes. Tout de suite, on a une énorme pensée pour sa mère qui a du pousser comme jamais pour faire sortir ce futur footballeur sous 40 degrés, en pleine canicule dans un hôpital qui ne connaissait certainement pas encore les joies de la climatisation. La petite histoire nous montrera que Jo a d’abord sorti le pied droit puis le pied gauche au moment de l’accouchement. Un destin qui aurait pu s’écrire dans le cinéma mais qui finalement se dessinera dans le ballon rond.

Jeunesse

Le garçon n’a pas très envie de quitter ses parents lorsqu’il est jeune et décide d’intégrer le centre de formation de sa ville natale. L’avantage pour lui est qu’il peut rentrer tous les soirs de l’entrainement et dormir chez lui. Encore une fois, on a une petite pensée pour ses parents qui ont surement cru à un destin à la Tanguy et qui se sont sentis soulagés lorsqu’il quitta la Méditerranée pour l’Atlantique en 1996.

Premier contrat professionnel

L’homme n’est pas très pressé, ou pas très bon, puisqu’il signe son premier contrat professionnel à 19 ans lors de la saison 1992-1993 à l’AS Cannes. Décidément. Il vient récupérer la place d’un certain Zinedine Zidane parti à Bordeaux pour gouter quelques grands crus classés. Décidément. Très vite, il fait ses armes en jouant 28 matchs pour deux petits buts. Taille patron. Il connait le très haut niveau la saison d’après puisque il est le principal artisan de la montée du club l’année précédente. Il jouera quatre années à l’AS Cannes pour 151 matchs et 28 buts. Alors oui, c’est pas des statistiques à la Kylian Mbappé, mais en même temps, le mec est plus là pour délivrer des caviars que mettre le ballon au fond.

De la bouillabaisse au bon vin

Johan décide de quitter l’AS Cannes en 1996. Il en a marre de jouer avec des pignes qui ne savent pas aligner trois passes sur un terrain où il y a plus de taupes que dans les Anges 9. Malheureusement pour lui, le sort s’acharne et encore une fois, il est choisi pour remplacer Zidane à Bordeaux parti à la Juventus Turin. Le mec vit vraiment dans l’ombre d’une superstar. Que ça devait être difficile de passer après un génie pareil. Quand tu sais que ZZ te casse un rein sur un contrôle et que toi tu débarques avec des cheveux poivre et sel, tu te dis forcément que t’es vraiment pas gâté par la nature et que ta carrière risque d’être compliquée. Mais le mec répond présent. Il devient champion de France en 1999 et comptabilise 172 matchs pour 37 buts.

Partir goûter du jambon à Parme

Il a 27 ans lorsqu’il décide de quitter enfin l’Hexagone pour tenter une expérience à l’étranger. On aurait aimé vous faire rêver en vous racontant le destin d’un joueur, parti au Real Madrid pour devenir un Galactique. Malheureusement, c’est beaucoup moins glamour. En tout cas, sur le papier, puisque Johan signe à Parme pour 45 millions de francs, soit quasiment 7 millions d’euros. 7 millions d’euros pour vous faire une idée, c’est à peu près le montant d’un joueur ultra mauvais en Ligue 1 mais qui a tapé dans l’oeil d’un entraineur anglais qui souhaite absolument le voir dans son équipe pendant un an, avant de le laisser partir en Turquie. Il reste dans la région du jambon pendant deux petites saisons, joue 66 matchs pour 13 buts et gagne la Coupe d’Italie contre la Juventus avant de se rendre compte qu’il préfère largement l’alcool à la bouffe.

Quelques bières à Brême

Après les championnats français et italien, Micoud décide de tenter l’expérience en Allemagne au Werder de Brême. Bien lui en a pris puisque, pendant quatre saisons, il va être la pièce maitresse de cette équipe. Un an après son arrivée, il est le grand artisan du doublé Coupe-Championnat réalisé par les Werderaner. Il joue 169 matchs et inscrit 47 buts ce qui fait de lui le troisième meilleur buteur français du championnat allemand derrière Ribéry et Modeste. Il aurait certainement pu se faire déloger de sa place de meilleur buteur par un Lacazette ou un Giroud mais que veux tu Johan, on ne peut pas tout avoir dans la vie. T’as du en pousser des gueulantes lorsqu’on t’apportait ta bière et que le serveur oubliait les cacahuètes.

Passage du diplôme de sommelier

C’est lorsque Zidane donna un violent coup de tête à Materazzi en finale de la Coupe du Monde que Johan décida de rentrer en France. Le mec avait complètement les qualités pour aller jouer dans un club comme Lyon ou Marseille mais il resta fidèle et revint aux Girondins de Bordeaux. Il jouera deux saisons pleines avec 81 matchs pour 13 buts mais on se souviendra surtout de sa simulation grotesque contre Nancy un soir printanier. Une prise de catch plus tard et Johan Micoud devenait le nouveau John Cena de la Ligue 1. En 2007, il remporte la Coupe de la Ligue face à Lyon grâce à un hold-up monumental orchestré par Ricardo. L’année suivante, Laurent Blanc et sa touillette lui font entièrement confiance et c’est en partie grâce à lui que Bordeaux finit deuxième du championnat. Il n’est pas prolongé et décide de quitter le monde du football pour celui de la télé.

La cuisson du Coq s’il vous plait ?

Johan n’aura vraiment pas eu de chance en Equipe de France puisque il est resté dans l’ombre de Zidane durant toute sa carrière internationale. Il ramassa les miettes en empilant quelques minutes par ci par la sans vraiment inquiéter le maitre des roulettes. En 2002, lors de la Coupe du Monde, il est titulaire lors de deux matchs de poule mais la France se fait sortir au premier tour. Chapeau l’artiste. C’est grâce à toi qu’on s’est tapé la honte devant le monde entier. Il dispute seulement 17 matchs en 5 ans pour un petit but. Pas vraiment de quoi s’éterniser.

Alors oui Johan, les gens te connaissent plus pour ta production viticole ou ton label de musique, mais nous on t’oublie pas. Sentir aussi bien les bons coups et délivrer des caviars aux coéquipiers, c’était ta mission et elle est réussie. On a juste une petite question : avec les progrès en terme de chirurgie et le paquet de blé que tu dois avoir, pourquoi tu ne t’es jamais fait refaire le nez ? Nous dis pas que cela fait son charme, c’est des conneries.