Après un petit déjeuner à l’aéroport Charles de Gaulle, nous nous dirigeons vers la porte d’embarquement. Après sept heures de vol, nous voilà sur le sol américain, dans l’Ohio. Pas le temps de déguster un hot-dog, on file directement rencontrer Alexandre Horveno, un jeune français parti s’exiler aux Etats-Unis pour tenter de vivre sa passion pour le football. Le Vestiaire du Sport a fait un aller-retour express pour vous faire découvrir ce grand bonhomme à la coupe de cheveux pas toujours validée par Cristina Cordula. 

Bonjour, Alex, présente toi, parle nous de toi, de ta vie, de tes hobbies ?
 

Bonjour à tous, je m’appelle Alex Horveno, j’ai 23 ans, je suis originaire de la région de Saint-Nazaire, à 30 minutes de Nantes. Je joue au football depuis l’âge de 5 ans. A 16 ans, j’ai intégré le centre de formation du Stade Brestois 29 où j’ai joué pendant 4 saisons. Au cours de ces 4 saisons, j’ai obtenu mon Baccalauréat et un BTS Management des Unités Commerciales. Par la suite, je suis retourné dans ma famille pendant une année tout en continuant à jouer dans le club de ma ville (Saint-Nazaire, Régional 1, ex DH). L’année suivante, j’ai intégré l’école de Sport Business AMOS à Bordeaux. J’ai obtenu un Bachelor en Sport Business. Dans le même temps, j’ai signé au Stade Bordelais en National 3 (Ex CFA2). En Août 2017, j’ai rejoint les Etats-Unis où j’ai obtenu une bourse sportive pour intégrer une université. Depuis, je joue pour mon université en NCAA Division II et j’étudie afin d’obtenir un Bachelor dans le domaine du Business des Administrations. Nous sommes classés 7ème du pays et 1er de notre conférence. J’ai beaucoup de temps de jeu et je suis décisif cette saison (15 matchs, 13 passes décisives, 3 buts). Concernant mes hobbies, je suis quelqu’un de posé et qui aime bien rester à la maison. Je regarde beaucoup de séries, reportages sur le sport en général. Je ne suis pas un fan de jeux vidéos, je ne joue qu’à FIFA et je ne fais que des modes carrières. Pendant la saison aux USA (de Août à Décembre), je n’ai pas beaucoup de temps libre, nous enchainons les matchs (2 par semaine), les entrainements et les cours… Mes activités pendant la saison sont de faire Ice Bath et de dormir, rien de très passionnant. Durant le second semestre, j’ai plus de temps libre et j’essaie de bouger dans les USA (J’ai été à Cleveland pendant une semaine avec en prime un match des Cavaliers). Quand je rentre en France, en été, je passe mon temps soit en famille avec ma mère et ma petite soeur, soit à la plage avec mes amis.

Pourquoi le foot américain ? Pourquoi tu n’as pas tenté de percer en France et quels sont les facteurs qui t’ont permis de prendre ta décision ?

J’ai tenté l’expérience aux USA car tout d’abord j’avais des amis et anciens coéquipiers qui y étaient et je suivais leurs expériences. De plus, la possibilité de découvrir les Etats-Unis, de jouer au “Soccer” à un bon niveau et de pouvoir étudier à moindre coût m’a donné envie de me lancer dans cette aventure. J’ai eu l’opportunité en France lors de mes années à Brest de percer. Je n’ai pas pu allé plus haut mais je garde que d’excellents souvenirs de cette expérience. Elle m’a permis de gagner en maturité et de devenir autonome très jeune. Depuis petit, j’avais le désir de voyager et de découvrir de nouvelles choses donc quand j’ai eu l’opportunité de rejoindre les USA, je n’ai pas vraiment hésité. Ma famille m’a bien entourée et m’a encouragée dans ce projet.

Le niveau du foot américain c’est comment ? Parce qu’entre nous quand tu vois jouer la D1 américaine t’as l’impression que c’est Luzenac – Carquefou en terme de niveau.

Le niveau est très hétérogène. Le niveau des équipes dépend beaucoup du nombre d’étrangers présents dans l’effectif (Le roster). Les équipes composées principalement d’Américains sont très physiques et ne proposent pas beaucoup de jeu. Cependant, les équipes ayant beaucoup de joueurs étrangers (européens, sud-américains, africains) essaient de jouer et cela est plus agréable. Le niveau de la MLS progresse chaque année avec l’apport de joueurs européens et de stars mondiales comme Zlatan par exemple. La plupart des équipes de MLS feraient bonne figure en Ligue 2 et certaines pourraient très bien jouer en Ligue 2. Les américains deviennent de plus en plus intéressés par le “Soccer”.

Est ce que tu peux nous faire un parcours type d’un mec qui va percer en championnat américain ?

Il n’y a pas de parcours type pour percer dans le championnat américain. La meilleure des choses est surement d’arriver en tant que Freshman (l’année directement après le bac) car vous avez 4 ans d’éligibilité pour jouer en College Soccer. De plus, le fait d’être américain est un fort plus pour se faire drafter et devenir professionnel dans une des franchise de MLS. Ici, contrairement à en Europe, les statistiques comptent beaucoup. Tu peux être un joueur moyen, si tu as de bonnes statistiques tu seras mis en avant.

Si on te dit, t’as le choix entre signer au Los Angeles Galaxy ou à Châteauroux, tu prends quoi ? 

Sans hésiter, je choisi Châteauroux… Non, je plaisante, évidemment que je préfère signer aux Los Angeles Galaxy pour plusieurs raisons. Tout d’abord, la qualité des oppositions et la visibilité de ce championnat qui va continuer à se développer dans les années à venir est un plus. De plus, le cadre de vie n’est pas le même… Sortir de l’entrainement ou des matchs et pouvoir sortir dans L.A c’est différent que sortir à Châteauroux. Ce n’est pas une question de préférer l’argent ou le football. Si tu es au L.A Galaxy tu peux associer les deux et en plus jouer avec des joueurs comme Ibrahimovic ou Ashley Cole.

Quels conseils tu donnerais à un mec qui veut suivre ton parcours ?

Les conseils que je pourrais donner seraient de prendre des informations auprès des agences qui envoient des joueurs aux USA (FFFusa par exemple) et de tenter leurs chances. L’expérience en vaut la peine. En arrivant ici, je ne parlais pas (du tout) bien anglais et maintenant j’ai un bon niveau. De plus, c’est une expérience de vie, ce n’est pas quand vous serez trop vieux pour jouer au football qu’il faudra regretter de ne pas avoir tenté. Par exemple, il y a 2 ans, je ne jouais pas en CFA2 dans mon club et la maintenant, je me retrouve dans une équipe classée 6ème du pays en ayant gagné notre conférence la saison dernière et participé au Tournoi National. Si je n’avais pas tenté et ouvert certaines portes, je n’aurais jamais vécu ça.

Merci Alex !

Facebook : https://www.facebook.com/alexandre.horveno.1
Instagram : https://www.instagram.com/alexhorveno/

La cible a été touchée 🎯👋🏼Premier but de la saison ⚽️Target has been touched 🎯👋🏼First goal of the season ⚽️

Gepostet von Alexandre Horveno am Freitag, 5. Oktober 2018