Comme Novak Djokovic il y a 2 jours, Fabio Fognini fête ses 30 ans. Pour l’occasion, retour sur une carrière autant marquée par ses victoires que des scènes de pure folie ou de génie selon les avis. Les gens l’adorent ou le détestent, un peu à l’image d’un Benoît Paire. 

Allô ? C’est le Vestiaire du Sport qui te parle.

Des résultats tennistiques en dents de scie 

Comment résumer la carrière tennistique de Fabio Fognini ? Elle n’est que paradoxes, avec des hauts assez hauts et des bas très bas. Fognini c’est 4 titres en simple dont 2 en 2013, sa meilleure saison qu’il a d’ailleurs terminée à la 16ème place mondiale. D’ailleurs, en parlant classement, l’italien a atteint son meilleur classement le 31 mars 2014 avec une belle 13ème place. Il est actuellement 29ème. Mais Fabio Fognini, c’est aussi un très bon joueur de double avec également 4 titres dont un magnifique succès à l’Open d’Australie 2015. Avec son compatriote Simone Bolelli, ils battent Herbert et Mahut en finale. Grâce à ses excellents résultats, il a même atteint la 7ème place mondiale en double cette même année.

En Grand Chelem, le meilleur résultat de l’italien est un quart de finale à Roland Garros en 2011. Il avait battu Albert Montanes, le raton espagnol, en huitième de finale en remportant la dernière manche 11 jeux à 9 après avoir contracté une déchirure musculaire à la cuisse gauche. Un match complètement devant les yeux ébahis des spectateurs du Suzanne Lenglen. Malheureusement pour Fabio, la déchirure n’était pas que superficielle, et il a ainsi dû déclarer forfait pour son quart de finale face à Novak Djokovic.

2015 a également été l’année durant laquelle Fognini a été le bourreau de Rafael Nadal en le battant à 3 reprises, et notamment à l’US Open. Il avait rendu l’espagnol complètement fou.

Cette année, un fait marquant à mettre à son actif : enfin une victoire contre un numéro 1 mondial, à Rome, contre Andy Murray. Une victoire nette et sans bavure 6/2 6/4 pour un Fognini qui a parfaitement sur exploiter les faiblesses du moment de l’écossais. On l’attend à Roland Garros. On sait que ce sera difficile pour lui d’atteindre son meilleur résultat mais il peut toujours emmerder les gros.

Des frasques toujours plus hallucinantes 

Cette aspect là est un peu plus fun et bizarrement, il y a quand même plus de choses à dire. Certes, Fognini est un joueur extrêmement talentueux capable de mettre n’importe quel adversaire à 3 mètres de la balle sur chaque coup de raquette. Mais, c’est surtout un joueur complètement fou qui peut pêter des câbles à tout moment. On te présente un petit florilège de ses plus beaux fissurages. Si tu t’en souviens, c’est qu’il t’a marqué et qu’au fond de toi, tu l’aimes bien.

Premier épisode, au tournoi de Nice, juste avant Roland Garros, en 2013. C’était face à Gaël Monfils. Le match était un peu tendu entre les deux hommes. Au cours du match, Fognini envoie un revers dans le couloir. Pas de doute. Mais l’italien demande à l’arbitre d’aller vérifier la trace, ce qui a eu le don de rendre fou le fantasque français qui lui répète à plusieurs reprises : « Elle est faute ta balle » avant de lui lâcher « Qu’est-ce qui se passe ? , Qu’est-ce qui se passe ? , qu’est-ce que t’as ? , what’s the problem ?”. Là, ça reste mignon.

Là on va monter en gamme. On est au tournoi de Monte-Carlo en avril 2014 en huitièmes de finale face à Jo-Wilfried Tsonga. Tout se passe très bien pour le transalpin qui mène 7/5 3/0. Puis une erreur d’arbitrage vient complètement le sortir de son match. Et il se met à complètement disjoncter et à insulter son coach au changement de côté : « Va te faire enculer ! Les sifflets du public sont pour toi. Tu n’es là que quand tout va bien. Mais sinon tu ne sers à rien, c’est trop facile« . Une scène complètement hallucinante.

On va suivre chronologiquement et s’arrêter à Shangaï au moins d’octobre 2014. Fognini perd 7/6 6/4 contre un joueur local classé 553ème mondial. Et après avoir serré la main de son adversaire, il adresse un magnifique doigt d’honneur à sa sortie au public chinois. Un geste qui lui coûtera 2000$ d’amende. Pas très poli tout ça Monsieur Fognini.

Une autre belle histoire, c’est à Bercy en 2014, juste après l’incident de Shangaï. Son comportement avait été tellement insupportable lors de son match face à Lucas Pouille, que l’arbitre du match, Carlos Bernardes, a refusé de lui serrer la main. Evénement rarissime.

Enfin, la dernière sortie dont on voulait te parler, c’était face à Nadal lors de la finale du tournoi de Hambourg en 2015. Au cours du match, Nadal est allé se plaindre auprès de l’arbitre du fait que Fognini parlait trop fort entre ses services et qu’il ne pouvait ainsi pas se concentrer. Au changement de côté suivant, l’italien a réagi violemment en lui lançant : « Qu’est ce que tu veux ? C’est toujours la même chose avec toi. Ne me casse pas les couilles« . Il lui a d’ailleurs reproché de prendre trop de temps entre ses services, ce qui n’est pas un fait nouveau.

On te laisse pour finir une compilation des moments les plus dingues de notre italien qui fait quand même du bien à ce circuit parfois trop lisse.