Aujourd’hui est un grand jour pour toutes les grandes marques de whisky. Et pour cause, Ezequiel Lavezzi, 7ème consommateur mondial d’alcool fort, juste derrière la Russie, fête son anniversaire. 33 ans pour El Pocho, et plus qu’une ride sur son visage. C’est qu’il commence à avoir les yeux tirés le bonhomme. Normal me direz-vous, il joue en Chine. A la manière d’un OSS 117, un peu d’humour canin ne fait pas de mal. Allez, pose ta teille de Jack sur la table comme te le demande B20, et suis le Vestiaire du Sport qui t’emmène à travers les méandres de la vie de Monsieur Lavezzi. 

1985

Non, non, il y aura bien plus de 1985 bouteilles à sa soirée d’anniversaire ce soir. On plaisante pas avec ça svp. Ezequiel Ivan Lavezzi est né le 3 mai 1985 à Villa Gobernador Galvez, dans la province de Santa Fe en Argentine. Oui, c’est une marque de bagnole et alors ? Boire ou conduire, il faut choisir. Ezequiel rentrera donc en trottinette.

148

Lavezzi, qui aime également beaucoup le café soit dit en passant (ça permet de faire durer la cuite plus longtemps disait-il), a inscrit, à l’heure où j’écris ces lignes, 148 buts en clubs toutes compétitions confondues. Pas trop mal pour un mec qui n’est pas attaquant. Enfin si, attaquant au sens large, attaque au sens des listes des sélectionneurs, mais pas un vrai attaquant, pas un 9. 148 buts pour 34589 occasions, c’est pas mal non ? Il n’y a que Robin Van Persie à notre connaissance qui a un pire ratio.

Naples 

C’est là bas que sa carrière a réellement décollé. En plus de découvrir les plaisirs simples d’une soirée pizza-bière en laissant le Gin au frigo, el Pocho a grandi et a même commencé à illuminer le football européen après l’arrivée du matador Edinson Cavani. Ils joueront ensemble la Ligue des Champions en 2012. Chelsea se dresse face au duo magique en huitièmes de finale. C’est ce moment que choisit Ezequiel pour enfiler un doublé devant son public. Une victoire 3-1 qui coûtera sa place au soi disant génie Villas-Boas. Ciao bye le Special Two. Di Mateo lui succède et fera subir aux napolitains une bien triste remontada. 4-1 à Stamford Bridge. Lavezzi terminera sa soirée dans un pub qu’il aurait pu racheter s’il n’avait pas consommé toutes ces Guinness.

Love story parisienne

35 buts en 161 matchs. Ok, ça fait pas rêver grand monde. Mais il faut avouer qu’il y avait un truc avec ce joueur qui a toujours su s’attirer la sympathie du public du Parc en (presque) toutes circonstances. Plus les saisons avançaient, plus ça devenait compliqué de masquer les soirées au VIP Room. Les injections de Jack dans les mollets devenaient de plus en plus difficile à gérer pour le génie argentin. Mais il s’est toujours arraché. Même s’il enchaînait les matchs sur le banc, il n’a jamais rechigné, a marqué quelques buts importants (contre Valence et Chelsea en Champions League) et a toujours gardé le sourire et la bonne humeur indispensables au bon équilibre d’un vestiaire.

Finir en Chine pour s’acheter une villa un peu plus grosse

C’est le marché qui veut ça, on a pas le temps de discuter du fond du « problème ». Toujours est-il que la Chine offre des conditions financières inespérées à des retraités de luxe. Ca serait con de ne pas en profiter. A la fin de la saison 2015-2016, très peu utilisé par Lolo Blanc, Lavezzi se résout à quitter le club de la capitale pour aller s’enquiller 30 patates sur 2 saisons pour jouer contre des vendeurs de New Balance. Le saké c’est un délire aussi. Il reçoit une magnifique ovation du Parc des Princes.

Argentin pur souche

Parce qu’on ne peut pas parler du Pocho sans évoquer sa carrière internationale. 51 sélections depuis 2007, 9 buts et une finale de Coupe du Monde en 2014. Pas mal pour un alcoolique.

En attendant, si vous habitez la même ville que Monsieur Lavezzi, faites attention ce soir, cette soirée n’est pas à prendre la légère. Et achetez des actions Pernod Ricard, on attend un gros chiffre.