Dans le monde du football, le 25 avril fait partie de ces dates qui font la légende. Et pour cause, c’est le 25 avril que sont nées deux légendes du football, l’une vivante, Cheick Diabaté, l’autre malheureusement décédée, Johan Cruyff. Retour sur ces deux immenses bonhommes aux trajectoires similaires qui ont laissé et laissent encore une empreinte indélébile sur le monde du football.

Arrivée sur terre 

1947 : C’est le 25 avril 1947 que nait Hendrik Johannes Cruijff dit Johann Cruyff à Amsterdam, capitale de la marie-jeanne. Sa ville de naissance aura une importance toute particulière au regard de l’évolution de sa carrière.

1988 : La grande tige sort du ventre de sa maman le 25 avril 1988 à Bamako, capitale du Mali. La légende dit qu’il mesurait déjà 1,22m à la naissance. Mais malheureusement, cette information n’a jamais pu être confirmée. C’est ce qui fait la légende du Cheick, ce mystère qui règne autour de lui.

Entrée dans le monde professionnel

1964 : C’est à seulement 17 ans, le 15 novembre 1964, que Cruyff fait ses débuts professionnels avec l’Ajax. Il marque un but lors de ce premier match. C’est lors de la saison 1965-1966 qu’il gagne sa place de titulaires en enchaînant les golazo.

2008 : A 18 ans, Cheick Tidiane intègre le centre de formation des Girondins de Bordeaux. Il peut s’entrainer au château du Haillan au calme sans pression dans une ambiance familiale. Il signe son premier contrat professionnel à la fin de la saison 2007-2008. Il est prêté immédiatement d’abord à Ajaccio puis à Nancy pour s’aguerrir un peu. La grande tige est encore un peu fragile. Il ne sera donc pas du côté de la Gironde lors du titre de 2009 ni lors de la fameuse campagne européenne de 2009-2010.

Equipes fréquentées et similitudes 

Le Hollandais Volant Cruyff a joué 10 ans à l’Ajax de 1964 à 1973. Il a participé à l’explosion de ce club sur la scène européenne en remportant la Ligue des Champions lors de ses 3 dernières années avec le club néerlandais. Il porte le numéro 14 depuis 1970, numéro de maillot qu’il ne quittera plus. En 1973, il décide de bouger plus au sud, du côté du Barça, alors qu’il remporte son deuxième ballon d’or en 1973 (après celui de 1971). Il restera 5 saisons chez les Blaugrana. D’un point de vue sportif, son passage n’est pas fantastique avec 61 buts marqués et 2 titres remportés. Mais le club catalan va idolâtrer celui qui sera surnommé El Flaco (le Javier Pastore de l’époque). Ensuite, il ira jouer aux Etats-Unis juste pour le chill, retournera à l’Ajax et finira sa sublime carrière à Feyenoord.

Pour le grand Cheick, sa carrière commence véritablement en 2010 lorsque les Girondins arrêtent de le prêter à droite et à gauche et l’intègrent dans le groupe professionnel. Le 6 mars 2011, il inscrit son premier but en Ligue 1 avec Bordeaux lors d’une victoire contre Brest. A partir de ce moment-là s’instaure une relation particulière entre le public bordelais et la grande tige. Les supporters vont commencer à l’aimer comme un frère qu’ils ont envie de protéger et de voir réussir. Il marquera Bordeaux comme Cruyff a marqué le Barça. Des similitudes sont par ailleurs troublantes. Il porte également le numéro 14 à Bordeaux. Et statistiquement, il aura marqué 66 buts et remporté 1 titre (la Coupe de France 2013 avec une victoire 3-2 en finale au cours de laquelle il inscrit un doublé salvateur) lors de son passage aux Girondins. Coïncidences ? Je ne crois pas. Il aurait du remporter le ballon d’or en 2013. Mais le sort s’est acharné sur lui et c’est Cristiano Ronaldo qui a reçu la distinction.

Sélections nationales 

Johan Cruyff a joué 48 matchs pour la sélection néerlandaise et inscrit 33 buts. C’est lors de la Coupe du Monde 1974 qu’il s’illustrera en amenant les Pays-Bas en finale. Les Oranje atomisent l’Argentine puis le Brésil pour affronter en finale la RFA de Beckenbauer. Malheureusement, cette finale sera perdue 2-1 par les néerlandais. Tragique destin pour une équipe extrêmement joueuse pratiquant ce qu’on appelait le football total. Malgré cet échec en finale, il remportera son 3ème et dernier ballon d’or cette année-là (Claude François lui a remis le trophée selon les légendes urbaines).

Pour Cheick, c’est 39 sélections avec le Mali pour 15 buts marqués. Il emmène son équipe à la 3ème place de la CAN 2012 et finit meilleur buteur de la compétition. Un impact significatif sur son équipe, tout comme Johann, les comparaisons continuent d’être faites. Rien n’arrête Cheick « No limit » Diabaté.

Suite de carrière

Cruyff se reconvertit en tant qu’entraineur. D’abord à l’Ajax puis surtout au FC Barcelone de 1988 à 1996. Il révolutionnera le style de jeu du Barça et est le premier « responsable » du succès depuis maintenant plus de 10 ans du Barça sur la scène européenne. Une phrase est significative de la manière dont il voyait le football : « Dans mes équipes, le gardien est le premier attaquant, le buteur le premier défenseur ». Il remportera la Champions League en 1992 avec les Blaugrana grâce à ce football total. Après sa carrière d’entraineur, il garde un rôle de conseiller du Barça qu’il a influencé jusqu’à sa mort regrettée de tous le 24 mars 2016 d’un cancer du poumon.

Pour Cheick, son départ pour la Turquie suite à 8 années de bons et loyaux services à Bordeaux sonne comme une souffrance énorme pour lui et le peuple bordelais. Il est ensuite prêté au FC Metz, club pour lequel il marque un doublé dès sa première apparition. Il a su se rendre indispensable au public de Saint Symphorien comme il avait su le faire à Bordeaux. Cheick n’a que 29 ans aujourd’hui, on lui souhaite d’aller chercher le ballon d’or qu’il mérite tant. S’il décide de devenir entraîneur, on espère vraiment qu’il reviendra en Gironde diffuser son jeu fluide, technique, en 1 touche de balle qu’il affectionne tant. Qu’il sera le Cruyff bordelais. C’est tout ce qu’on lui souhaite.