Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de deux immenses gardiens de foot. Un espagnol et un tchèque. Un madrilène de coeur et un londonien, un casqué et un non casqué. Beaucoup de différences entre ces deux portiers mais un point commun : ils ont été pendant toute leur carrière considérés comme faisant partie des meilleurs mondiaux à leur poste et ils sont également tous les deux pères de deux enfants. Permettez-nous de vous présenter Iker Casillas et Petr Cech. 

Allô ? C’est le Vestiaire du Sport qui te parle.

Deux taureaux du début des années 80 

Effectivement, ça fait un peu lancement de « Je danse le mia » mais on est pas là pour parler musique.

Iker Casillas est né le 20 mai 1981 à Mostoles en Espagne. Même année que Roger Federer. 1981, c’est la classe. Son père est fonctionnaire, sa mère est coiffeuse. Rien de très sportif là dedans. Pourtant, très jeune, il se met au foot. La légende dit que c’était le moins bon de son groupe de potes donc il jouait gardien, et à force, il est devenu solide ce con à tel point qu’il intègre le centre de formation du Real Madrid dès ses 9 ans en 1990.

Petr Cech est né le 20 mai 1982 à Plzen en Tchécoslovaquie de l’époque, désormais République Tchèque. C’était l’info histoire-géo du jour. Il s’appelle Cech et il est tchèque. Nationalité facile à retenir. Habile. Lui, il joue chez les jeunes de sa ville natale. Au début, il était milieu défensif. Mais il s’est cassé la jambe. Du coup, c’était plus facile d’être gardien. Il aimait bien se faire canarder, il a continué. C’était ça ou rien de toute façon.

Entrée sur le marché du travail

San Iker, enfant madrilène, est appelé pour la première fois dans l’équipe 1 le 27 novembre 1997 à seulement 16 ans. Mais c’est réellement lors de la saison 1999-2000 qu’il devient titulaire. Premier fait marquant, il joue en 2000, la finale de la Ligue des Champions contre Valence au Stade de France. A 19 ans, il remporte une Ligue des Champions, au calme, sans broncher. Monstrueux.

Pour Petr, les débuts sont nettement moins glamour. Son premier club professionnel est le Chmel Blsany. Il joue 2 ans là-bas avant d’être transféré au Sparta Prague puis à Rennes où il jouera 2 saisons.

Leurs clubs de coeur 

Pour San Iker, c’est évident, on le sait, c’est le Real Madrid. Il passé toute sa vie là bas jusqu’à 2015 et une fin gâchée par l’attitude détestable des supporters du Bernabeu qui s’étaient mis à oublier tout ce qu’il avait fait pour eux. Casillas au Real c’est 16 saisons (de 1999 à 2015), 725 matchs, 5 Liga et 3 Ligues des Champions. Rien que ça. Une carrière monumentale. Il a été capitaine de l’équipe à partir de 2010. Mais la saison 2012-2013 est charnière et ses mauvaises relations avec José Mourinho, entraineur de l’époque, lui coûte sa place de titulaire et Ancelotti suivra cette mouvance, ce qui provoquera son départ à la fin de la saison 2014-2015 pour le FC Porto.

Petr Cech a passé 11 saisons à Chelsea de 2004 à 2015. Encore un point commun avec Iker. Ils ont tous les deux quitté leur club de coeur en 2015. Pour Cech, c’est dans la même ville, mais à Arsenal qu’il poursuit sa carrière. Le portier tchèque a été transféré de la (petite) Bretagne à la Grande Bretagne pour 14,3 millions d’euros. Une sacrée somme pour un gardien, surtout à l’époque où l’argent était un peu plus raisonnablement dépensé. Petr Cech à Chelsea, c’est 494 matchs, 4 Premier League, 1 Ligue des Champions et 1 Ligue Europa. Bon, ok c’est moins impressionnant que Casillas mais ça reste monstrueux. Chelsea n’aurait pas été Chelsea sans Cech. Cech, c’est aussi cette terrible image le 14 octobre 2006 et cette fracture du crâne qui l’a éloigné des terrains pendant plusieurs mois et l’a obligé par la suite à jouer avec un casque.

Des piliers de leurs sélections nationales

Casillas joue son premier match avec les A juste après avoir gagné sa première ligue des champions le 3 juin 2000. A 19 ans, le mec était quand même assez solide. Toi, tu révisais pour des partiels de l’enfer. Lui, il était juste au dessus du soleil. 167 sélections, 1 Coupe du Monde, 2 Euros. Tu cumules avec ses trophées glanés au Real, c’est juste du délire. C’est pas une armoire à trophées qu’il lui faut, c’est une maison entière.

Cech n’a pas la même chance que Casillas, il est tchèque donc pour les trophées, il faudra repasser. Depuis 2002, il a accumulé 124 sélections. Une sacrée longévité également.

La stat qui tue 

San Iker a été 4ème au ballon d’or 2008 après la victoire de l’Espagne à l’Euro. Ceci est représentatif de l’immensité du bonhomme. Les gardiens sont très souvent laissés de côté pour ces distinctions. Mais cette année-là, Casillas n’était pas loin. Il était seulement derrière les deux monstres CR7 et Messi et le fantôme de Fernando Torres.

Pour sa part Cech, avec Arsenal, a battu en décembre 2015 le record de clean-sheet pour un gardien en Premier League. Il en est aujourd’hui à 191. En 402 matchs. Propre.

Les gars, juste un mot : Chapeau !