Depuis dimanche ont lieu les matchs retours des barrages de la zone Europe dans le cadre des éliminatoires à la Coupe du Monde 2018. 8 prétendants pour 4 places. Matchs toujours très compliqués à gérer et extrêmement tendus, ces barrages ont notamment donné lieu à une immense surprise : l’élimination de l’Italie. Gianluigi Buffon et son crew ne seront pas du rendez-vous en Russie. Séisme dans le monde du football. Le Vestiaire du Sport vous propose de revenir sur cette semaine de barrages, édition 2017. 

Suède – Italie

Gros duel entre des suédois, deuxièmes du groupe de la France, et l’Italie, moins fringante qu’à l’accoutumée mais pouvant encore compter sur certains de ses piliers, à l’image de l’immortel Gianluigi Buffon.

Match aller, Solna, Suède : l’Italie ne fait pas peur et n’arrive pas à trouver le chemin des filets. Résultat, avec un peu de réussite, Jakob Johansson (le Dupont suédois) inscrit le seul et unique but du match. Les suédois, privés du roi Zlatan, se retrouvent en ballotage favorable à l’approche du match retour à San Siro. D’autant plus que Marco Verratti, averti, sera exclu pour cette rencontre. Les vilains démons de la chouette…

Match retour, San Siro : tout un peuple pousse pour que les italiens ne sortent pas par la petite porte. Il faut offrir à Buffon sa dernière coupe du monde, un dernier périple russe. Malheureusement, comme au match aller, les italiens sont infoutus de planter et subissent un triste match nul et vierge qui les élimine. Les quadruples champions du monde vont manquer la compétition reine pour la première fois depuis 1958. Un véritable cataclysme pour cette équipe habituée à jouer les premiers rôles. Triste der’ pour l’idole Buffon. Un milieu de terrain pas si souverain, une attaque en manque d’efficacité et c’est tout un système qui doit être remis en cause. Après deux échecs en poules en 2010 et 2014 depuis le titre de 2006 (putain, ça fait encore mal), la Squadra Azzura va mal et va devoir se relever pour préparer au mieux les prochaines échéances.

Suède IN – Italie OUT

Croatie – Grèce

Une branlée pour commencer et on gère pour terminer. Voilà comment résumer cette confrontation qui s’est révélée bien déséquilibrée sur le terrain. Les croates étaient clairement plus forts, à l’image de leur superbe milieu de terrain et leur paire 100% liga Madrid-Rakitic. Une victoire 4-1 sans trembler à Zagreb avec quatre buteurs différents. Les grecs (mayo ketchup stp chef) étaient sans saveur et les croates les ont mangés.

Au retour, au Pirée, avec un Mitroglou aligné en pointe, la Grèce n’a pas su marquer et la Croatie a géré grâce à une belle maitrise technique. La Croatie sera bel et bien en Russie et n’y sera pas pour trier les lentilles. Soyez prévenus, ennemis !

Croatie IN – Grèce OUT

Irlande du Nord – Suisse

La Suisse s’était retrouvée à jouer les barrages malgré 9 victoires en 10 match lors de la phase de poules. Rageant. Le Portugal de CR7 leur avait soufflé la première place du groupe lors du dernier match. Pas évident à gérer pour les p’tits suisses. Mais il fallait rebondir contre l’Irlande du Nord et le meilleur public du monde (Euro 2016 tmtc).

Lors du match aller à Belfast devant moins de 20.000 spectateurs, l’Irlande du Nord s’est battue avec ses armes comme elle a l’habitude de le faire. Mais l’arbitre n’a pas été tendre avec les Verts. Un pénalty extrêmement sévère pour une main très discutable sifflé et un pénalty plus tard, les Suisses remportent le match 1-0 et se retrouvent plus que bien embarqués pour aller jouer le retour à la maison.

Au retour, dans l’antre de Bâle sans Roger parti défier ses pairs à Londres, la Nati a maîtrisé son sujet pour sauver un match nul 0-0 qui lui permet d’aller en Russie et d’aller jouer les troubles-fêtes. Pour les nord-irlandais, une déception de plus. Ils n’ont pas vu la Coupe du Monde depuis 1986. Rafa venait de naître, ça commence à faire long.

Suisse IN – Irlande du Nord OUT 

Irlande – Danemark

Décidément, il ne faisait pas bon d’être irlandais durant ces barrages. Après un match aller sans intérêt à Copenhague se soldant par un score nul et vierge, les irlandais ont complètement craqué à domicile hier soir dans le sublime Aviva Stadium. Malgré une ouverture du score précoce à la 6ème minute de jeu, les Verts en ont ensuite pris 5 dans la tronche avec notamment un coup du chapeau d’Eriksen (et ouais, trois à la suite poto). Une presque manita synonyme d’élimination et de grosse déception après le dernier huitième de finale à l’Euro 2016 (perdu contre la France, Grizou tu connais). C’est toute l’île irlandaise qui aura donc pris l’eau.

Danemark IN – Irlande OUT