#30 : Alisson Becker

#29 : Mario Mandzukic

#28 : Jan Oblak

#27 : Diego Godin

#26 : Edinson Cavani

#25 : Gareth Bale

#24 : Thibaut Courtois

#23 : Luis Suarez

#22 : Sadio Mané

#21 : Karim Benzema

#20 : Sergio Agüero

#19 : Roberto Firmino

#18 : Hugo Lloris

#17 : Marcelo

#16 : Ivan Rakitic

#15 : Neymar

#14 : Isco

#13 : Sergio Ramos

#12 : Harry Kane

#11 : Kevin De Bruyne

#10 : Paul Pogba

#9 : N’Golo Kanté

#8 : Eden Hazard

#7 : Raphaël Varane

#6 : Lionel Messi

Top 5 mesdames et messieurs. Là, c’est la crème de la crème. Les 5 meilleurs joueurs de football de l’année 2018. Selon moi bien sûr. Mais je ne pense quand même pas beaucoup me tromper. 

Débuts

Mohamed Salah Galy, aka Mo Salah, nait le 15 juin 1992 à Basyoun, en Egypte, le plus beau pays du monde. Mo est un pharaon, un vrai. 

Petit Mohamed commence sa carrière professionnelle au pays, dans le championnat égyptien. Il brille contre le FC Momie ou le Sporting Pyramides. Pas cliché tout ça, c’est excellent. Ça, c’est de la vanne à la Alban Ivanov mon petit pote. 

Mais ça ne peut plus durer tout ça. Le championnat égyptien ça va un moment. 

Europe

Il faut traverser la Méditerranée coûte que coûte. Ce sera l’Europe, sinon rien. 

Mo ne flambe pas en voulant tout de suite péter la banque en Angleterre. Non, à l’image d’un N’Golo, Mo prend son temps. La précipitation est le pire des Mo. 

C’est le FC Bâle qui s’intéresse à l’attaquant égyptien en 2012. Bâle ce n’est pas que Roger, il y a aussi du foot là-bas. Et du bon foot mine de crayon. Crayon de Koller. Il n’y a que lui qui peut sauver le soldat Monaco. 

Bref, ça se passe plutôt pas mal en Suisse. Les grosses écuries sont sur le coup. Et c’est le Chelsea de Jose Mourinho qui s’offre les services de Salah. 

Chelsea

L’idylle débute bien. Un début de relation classique me direz-vous. Mais un an plus tard, Cuadrado débarque dans la capitale anglaise. Salah n’a plus de temps de jeu. Il faut le prêter. Direction l’Italie. On troque les fish and chips contre un bon Spritz. J’en connais un qui gagne au change.

Deux prêts qui s’enchainent dans les deux plus belles villes d’Italie. La Fio puis la Roma. Ça se passe tellement bien dans la capitale italienne que la Roma lève l’option d’achat. 

Il fait une grosse saison là-bas. Mais, l’Italie, ça va un moment. Les fish and chips lui manquent. Les Reds sont sur le coup et balancent quasiment 42 patates (gardes-en 8 en bonus) pour Mo. 

Liverpool

La suite, on la connait. Mohamed rase l’Angleterre et l’Europe. Meilleut buteur de Premier League avec 32 pions et deuxième meilleur buteur de Champions League. Une finale dans la plus des compétitions européennes. Saison stratosphérique. Il est évidemment élu meilleur joueur du championnat d’Angleterre. 

Été

Blessé par Sergio Ramos en finale de Champions League, sa participation à la Coupe du Monde en Russie était plus que compromise. Tu rajoutes à ça le climat épouvantable régnant avec sa Fédération suite aux sorties SUBIES avec le dictateur Kadyrov, cet été a été un véritable cauchemar. 3 défaites en poules, malgré 2 buts. Personne n’a passé un mondial plus éprouvant. 

Contrôle technique

Mais le bonhomme s’est relevé et il est encore là. Moins fringant mais il est là. Ta saison avec Liverpool a été si étincelante que te sortir du Top 5 à cause de cet été aurait été bien trop cruel. Il te manque un gros trophée pour faire partie de mon Top 4 mais quelle belle 5ème place.

Pour la version vidéo, c’est par ici :