#30 : Alisson Becker

#29 : Mario Mandzukic

#28 : Jan Oblak

#27 : Diego Godin

#26 : Edinson Cavani

#25 : Gareth Bale

#24 : Thibaut Courtois

Ah, le mordeur. Luis Suarez. Sacré personnage celui-là. Haï par tous les non-fans du FC Barcelone, Suarez ne laisse pas indifférent.

Débuts

Petit Luis est né à Salto, en Uruguay, le 24 janvier 1987. 24 janvier, comme Raymond Domenech. Bon, après, c’est après un problème de sourcils qu’il a le petit, mais surtout un problème de chicots. C’est qu’il a les dents qui rayent le parquet le bonhomme. 

Il débute au pays puis, comme tout le monde, file en Europe. Pour enfin jouer au football. Et il ne choisit pas la facilité en allant en Espagne. Non, Luis n’aime pas faire les choses comme les autres. Il file aux Pays-Bas. L’herbe est toujours plus verte chez le voisin. D’abord au FC Groningue puis à l’Ajax d’Amsterdam où il explose à la tête de l’Europe comme une bonne grosse latte de purple. Suarez a rendez-vous avec l’histoire. 

Liverpool

Les Reds, comme les yeux de Luis quand il a dû célébrer son départ, déboursent plus de 26 millions d’euros pour s’offrir les services de l’uruguayen au cours de la saison 2010-2011. 

Lors de ses trois saisons à Anfield, Luis aura soufflé le chaud et le froid. 

Le très froid à la fin de la saison 2012-2013 lorsqu’il mord le défenseur de Chelsea, Ivanovic. Une morsure qui lui coûtera quasiment 10 matchs de suspension entre la fin de la saison et le début de la saison suivante. Dracula se fout tout le public à dos. On le pense terminé. Mais non, Luis a les crocs et sa saison 2013-2014 est fabuleuse et aura presque permis à Liverpool d’enfin regagner un titre de champion d’Angleterre. L’histoire s’est jouée à une glissade de Gerrard près. Il troque son trophée de mordeur d’or pour celui de soulier d’or et est même élu meilleur joueur de Premier League. 

L’histoire est belle mais aurait encore pu virer au cauchemar. Lors de la Coupe du Monde 2014, Suarez récidive. Il n’a pas écouté son dentiste et a mordu Chiellini. C’est la morsure de trop. Twilight c’est un film poto. Il mange 4 mois de suspension dans la tronche. 

Barça

Mais malgré ça, quelques jours après les faits, le Barça pointe le bout de son nez et balance 81 briques sur la table pour s’offrir l’attaquant. La suite, on la connait. Luis ne mordra plus, remportera des titres à la pelle, dont une Champions League et deux souliers d’or. 

Cette saison, c’est un titre en Liga, une moisson de buts légèrement en berne et un quart de finale en Russie. Pas mal mais pas assez pour prétendre à plus haut. 23ème bonhomme. 

Pour la version vidéo, c’est ici :